Italie : une procession de réparation pour la Gay Pride

06 Juin, 2017
Provenance: fsspx.news

Une initiative sans précédent s’est tenue en Italie dans la région d’Émilie, à l'initiative du Comité « Beata Giovanna Scopelli », le samedi 3 Juin 2017 en réponse à l’organisation de la Gay Pride.

Si les Italiens se sont peu à peu habitués à voir leurs places et leurs rues envahies chaque année par les manifestants des « fiertés gay et lesbienne » , quelle ne fut pas leur surprise de voir organisée une procession de réparation en réponse à ces lamentables évènements.

Plusieurs centaines de fidèles catholiques - certains parlent de 600 - ont ainsi quitté Port-de-Santo-Stefano sous la direction spirituelle des prêtres de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X, pour une procession, que les opposants ont qualifié de « démonstration d'intolérance » là où il ne fallait voir en fait qu’un acte liturgique au sens strict, un acte voulu par l’Eglise et prévu par le Rituel romain.

Sur le modèle des Rogations, prescrites durant les trois jours qui précèdent immédiatement l'Ascension, la procession pénitentielle a eu lieu en présence d'un officiant vêtu d’ornements violets et précédé de la croix, des cierges portés par les acolytes, de l'encens, et de nombreux fidèles.

Le chant des Litanies des saints qui s’est fait entendre durant la procession a pour objet d’invoquer la protection céleste afin de réparer les péchés publics et d’en éviter les châtiments justement mérités. Au cours de la procession, ont été ajoutés à la récitation des Mystères douloureux du Rosaire, les Litanies du Sacré-Cœur de Jésus et l'acte de réparation au Sacré-Cœur du pape Pie XI : le tout sous les yeux attentifs des journalistes et le crépitements des appareils photographiques.

La « réparation » est une notion-clé de la théologie catholique, qui postule que la vertu de la justice, à partir du moment où elle a été lésée par le péché, nécessite une contrepartie qui peut consister soit dans la punition des coupables — par une peine éternelle ou temporelle — soit par un acte qui remet en place l'ordre violé par le désordre du péché : or c’est ce désordre entraîné par la Gay Pride italienne que les organisateurs de la procession avaient l’intention de réparer.

Les représentants de la hiérarchie catholique locale, n’ont pas, quant à eux, souhaité ni être associés à cette manifestation, ni même recevoir les participants dans la cathédrale ou ses abords immédiats.

Face à la subversion satanique de l’ordre naturel et aux attaques toujours croissantes contre la famille et le mariage, il est pourtant nécessaire de proclamer les droits du Christ-Roi sur la société et les institutions.