La Cour constitutionnelle d’Autriche exige une loi sur l’euthanasie

21 Décembre, 2020
Provenance: fsspx.news
Le siège de la Cour constitutionelle autrichienne

La plus haute juridiction autrichienne donne un an au gouvernement pour légaliser la pratique du suicide assisté dans le pays. La hiérarchie catholique dénonce une société froide et cynique, dans laquelle une pression croissante va peser sur les personnes les plus vulnérables.

« Jusqu’à présent en Autriche, on s’accordait pour penser que la vie de chacun, jusqu’à la mort naturelle, avait une valeur inconditionnelle. Avec l’arrêt qui vient d’être rendu, la Cour constitutionnelle, une digue s’est rompue. » La consternation est grande du côté de Mgr Franz Lackner, président de la Conférence des évêques d’Autriche (OBK).

Le « patron » des évêques autrichiens, archevêque de Salzbourg, réagissait le 11 décembre 2020, à l’arrêt rendu le même jour par la plus haute juridiction du pays, affirmant que l’Autriche viole la Constitution, en faisant de l’euthanasie une infraction pénale.

« La décision pleinement consciente de se suicider doit être respectée par le législateur », a déclaré devant la presse Christoph Grabenwarter, président de la Cour constitutionnelle, qui a ajouté que la dépénalisation de l’euthanasie devrait être effective au 31 décembre 2021.

Cette décision oblige le Parlement – contrôlé par une coalition hétéroclite alliant et regroupant les conservateurs et les écologistes – à légiférer avant janvier 2022. Comme le souligne Stefan Bayer dans le Tagespost, « une fois de plus la Cour suprême a fait de la politique en Autriche. Une fois de plus, un arrêt de la Cour constitutionnelle crée une nouvelle situation factuelle qui, à la fois ébranle et change profondément la société à long terme. »

Soulignant la fausse notion de liberté impliquée dans l’arrêt de la Cour, Mgr Lackner précise que « la décision de se suicider ne relève pas d’un exercice de la liberté, mais elle est plutôt l’expression tragique du désespoir ».

Le risque de pressions sur les personnes âgées

Et le président de l’OBK de signaler un autre danger, celui d’euthanasies abusives, parce qu’on « ne veut pas être un fardeau pour les parents ou la société, en raison des coûts financiers que cela implique. Malheureusement, l’expérience de la Suisse et d’autres pays, où le suicide assisté est déjà autorisé, montre de manière choquante que le nombre de suicides augmente fortement, en particulier chez les personnes âgées », alerte Mgr Lackner.

L’arrêt de la Cour constitutionnelle a été également condamné par le cardinal Christoph Schönborn, archevêque de Vienne, figure historique de l’Eglise d’Autriche.

Dans un entretien accordé au Kronen Zeitung, le 13 décembre dernier, le haut prélat prévient que « les personnes âgées et les malades feront face à une pression croissante les poussant à opter pour le suicide assisté ».

Et le cardinal d’en appeler au développement des soins palliatifs afin que « le meurtre ne devienne pas une routine » : une prise de position bienvenue, et plus inspirée que celles auxquelles le poulain de Benoît XVI a habitué les Autrichiens. On se rappelle encore à Vienne du concert de Noël organisé dans la cathédrale durant trois années consécutives, de 2017 à 2019, par des lobbies LGBT…