La Russie envisage de construire une réplique de Sainte-Sophie en Syrie

19 Août, 2020
Provenance: fsspx.news

A l’annonce de la (re)transformation de la basilique Sainte-Sophie d’Istanbul en mosquée, décidée par le président Recep Tayyip Erdogan le 10 juillet 2020, la Russie avait d’abord réagi en défendant son allié. Cette décision était considérée par Moscou comme une affaire intérieure turque. La réaction russe admettait toutefois que le site avait une importance internationale.

Dans un second temps, la Russie a fait une proposition inattendue. En effet, la construction d’une réplique de la basilique est envisagée dans la province occidentale de Hama, en Syrie. Elle est alimentée par des fonds privés syriens et russes. Elle serait toutefois de taille moindre que la basilique originale. 

Le média libanais Al Modon, a annoncé que les travaux de préparation pourraient débuter dès le mois d’août. L’initiateur du projet est le Syrien Nabeul Al-Abdullah, chef de milice en faveur du régime de Bachar el-Assad. Il a obtenu l’accord de l'évêque orthodoxe de Hama. 

La proposition a été soumise à la Douma – le parlement russe – qui a accepté de soutenir le projet. L’un de ses représentants, Vitaly Milonov, a déclaré à RIA Novosti qu’il « considérait la Syrie comme un endroit approprié pour construire une copie de Sainte-Sophie ». Ce soutien a été confirmé par la visite d'une délégation militaire russe dans la ville syrienne d’Al-Suqaylabiyah, envisagée comme le lieu de construction de la réplique. 

La décision vise plusieurs objectifs. Tout d’abord le soutien de Bachar el-Assad, dont la Russie souligne l’ouverture : « La Syrie, contrairement à la Turquie, est un pays qui montre clairement la possibilité d'un dialogue interconfessionnel pacifique et positif. Le président Bachar al-Assad ne transférerait jamais une cathédrale d'une dénomination à une autre », a affirmée Vitaly Milonov. 

C'est ensuite une manière pour le président Vladimir Poutine de renforcer son influence en Syrie. 

Enfin, c'est pour lui une façon discrète de réprouver le geste d’Erdogan et de renforcer sa popularité, car l’émotion de la hiérarchie et des fidèles orthodoxes a été forte en Russie. Poutine se pose ainsi en défenseur des orthodoxes et des chrétiens sur la scène internationale.