La vie mariale selon Dom Columba Marmion

06 Mars, 2021
Provenance: fsspx.news

Selon Mgr Lefebvre, Dom Marmion était un des plus grands maîtres de la vie spirituelle de notre temps.

Souvent il encourageait prêtres, séminaristes et fidèles à puiser dans ses œuvres et dans sa spiritualité, qui se résument en cette vérité fondamentale : que toute notre perfection consiste à exprimer l’image de Jésus-Christ. Dieu nous a prédestinés à devenir semblables à son Fils.

Partant de ce principe Dom Marmion explique le rôle de Notre Dame dans notre vie spirituelle :

« Or, en Jésus-Christ, il y a des attributs, des perfections qui sont fondamentales et essentielles, et d’autres qui en découlent et que nous concevons comme secondaires.

« Pour ce qui regarde les attributs essentiels, tout chrétien doit les reproduire et leur perfection en chaque âme est la mesure de sa perfection, tandis que les autres attributs de Notre-Seigneur sont reproduits plus ou moins parfaitement par les âmes selon les circonstances et l’attrait de l’Esprit-Saint.

« Mais il y a deux attributs fondamentaux qui sont pour ainsi dire l’essence de l’Homme-Dieu, et leur imitation, leur reproduction en nous sont l’essence de notre sainteté : Jésus est “Filius Patris” et “Filius Matris”. Plus nous serons en Lui “enfants de Dieu” et “enfants de Marie”, plus nous participerons à sa sainteté infinie, plus nous serons parfaits.

« C’est par le baptême, en nous revêtant de Jésus-Christ, que nous devenons nécessairement en Lui, les enfants du Père éternel et les enfants de sa Mère. »

Dom Marmion insiste sur le fait qu’il ne s’agit pas ici d’une pieuse exagération ou de quelque chose de fictif : « Ce n’est pas là une figure, une métaphore. Comme le dit saint Jean : “ce n’est pas seulement de nom, mais en réalité, que nous devenons enfants de Dieu” (1 Jn 3, 1).

« Pareillement, nous sommes réellement enfants de Marie car elle est Mère de son corps mystique. Sur la croix, Jésus nous a confiés officiellement à sa Mère, car si elle a enfanté dans la joie son enfant qui était sans tache, c’est dans la douleur qu’elle devait enfanter les pécheurs. »

D’où notre devoir de vivre pleinement selon cette grâce d’adoption en remplissant notre cœur des dispositions de Jésus-Christ envers sa Mère :

« Jésus étant essentiellement “Fils de Dieu” et “Fils de Marie”, nous aussi, nous devons être par la grâce ce que Jésus-Christ est par nature : enfants de Dieu et enfants de Marie. Dieu ne reconnaîtra pour ses vrais fils que ceux qui, comme Jésus, sont enfants de Marie. »

Toute la démarche du chrétien dans sa relation avec Marie consistera donc à se modeler sur les sentiments les plus intimes de Jésus envers sa Mère : « Jésus-Christ est notre modèle. Et de même que nous trouvons en Lui le type parfait de l’enfant de Dieu, en Lui aussi trouverons-nous le type parfait de l’enfant de Marie. »

L’invocation librement choisie par Don Marmion et qu’il répétait sans cesse était : « Mater Christi ». Il voyait en Marie avant tout la Mère du Christ, et lui-même voulait être pour Marie un autre fils, « un autre Christ ».