Le conclave souffle ses 750 bougies

13 Janvier, 2021
Provenance: fsspx.news
Loggia du palais des papes de Viterbe

En 2021, Viterbe célèbre le 750e anniversaire du conclave le plus long dans l’histoire de l’Eglise. En effet, il ne fallut pas moins de trente-trois mois de délibération pour que les dix-neuf cardinaux confinés de façon inattendue en 1271, choisissent le pape Grégoire X, jetant la base des règles présidant à l’élection du successeur de Pierre.

Dans la seconde partie du XIIIe siècle, les longs interrègnes pontificaux se multiplient, en raison d’un nombre trop restreint de cardinaux, rendant difficile l’accord sur l’un d’entre eux : si la vacance dépasse quatre mois en 1265, avant l’élection du pape français Clément IV (1265-1268), elle atteint près de trois ans à la mort de celui-ci ! C’est la plus longue vacance qui se soit jamais produite.

Il fallait empêcher le retour d’une vacance aussi longue. En 1268, les cardinaux se réunissent à Viterbe où Clément IV vient de mourir. Cette cité est alors la seconde capitale de la chrétienté : par sa position stratégique et ses nombreuses tours, elle met les papes à l’abri des coups de main que peuvent tenter contre eux les maîtres du Saint-Empire, en conflit plus ou moins larvé contre l’Eglise.

Le pape Adrien IV s’y était déjà réfugié afin d’échapper à Frédéric Barberousse, et Alexandre IV, en 1257, y avait même transféré le gouvernement pontifical, au nom du principe de précaution.

Après la mort de Clément IV – en 1268, rappelons-le – les dix-huit cardinaux qui composent alors le Sacré-Collège ne parviennent pas à se mettre d’accord. Néanmoins, une vacance trop prolongée est vite vue comme un risque élevé pour les intérêts de la chrétienté.

C’est alors qu’arrive à Viterbe le roi de France Philippe III, au retour de la croisade qui a vu la mort de son illustre père, le roi saint Louis. En compagnie de son oncle Charles d’Anjou, roi de Sicile, le nouveau souverain supplie les cardinaux de presser l’élection du successeur de Pierre.

Pour concrétiser ce souhait, l’ingénieux saint Bonaventure, qui se trouve alors à Viterbe, lui aussi, conseille aux habitants de la ville d’enfermer étroitement les cardinaux dans les murs du palais épiscopal, afin que, séparés de toute influence étrangère, ils se déterminent à en finir au plus vite.

L’on voit encore aujourd’hui, dans la salle du palais épiscopal, les trous creusés pour recevoir les traverses de bois, auxquelles furent suspendues les tentures formant des cellules pour les cardinaux.

Rien de nouveau sous le soleil de Viterbe : un demi-siècle plus tôt en effet, les habitants de Pérouse avaient recouru à un semblable stratagème, pour forcer les cardinaux à donner sans retard, un successeur à Innocent III, c’était en juillet 1216.

De même, les Romains, à la mort du bienheureux Grégoire IX, le 22 août 1241, avaient enfermé les porporati dans le Septizonium de Septime Sévère, situé sur les pentes du Palatin.

Mais, à Viterbe, malgré les dispositions prises en 1268, l’élection ne vient toujours pas. Impatientés par tant de retard, Albert de Montebono, potentat de la cité, et Raniero Galli, chef des miliciens, font enlever la toiture du palais, et ne laissent plus parvenir aux cardinaux que du pain et de l’eau.

Motivés par un confinement strict, auquel s’ajoute un jeûne des plus austères, nos cardinaux envoient deux d’entre eux proposer le souverain pontificat à saint Philippe Beniti, général des Servites de Marie. Mais le saint refuse et s’enfuit dans les montagnes !

Les cardinaux, affamés et transis, confient à six d’entre eux le soin de choisir le futur pontife : ceux-ci élisent rapidement Théobald de Visconti, archidiacre de Liège originaire de Plaisance.

L’élu n’est même pas cardinal, il remplit les fonctions de légat apostolique en Syrie. Dès son acceptation, il prend le nom de Grégoire X, et son accession au souverain pontificat donne à l’évêque de Porto, Jean de Tolède, l’occasion d’une épigramme demeuré célèbre :

Papatus munus tulit archidiaconus unus quem patrum fecit discordia fratrum. Ce qu’on peut traduire par « la mésentente des cardinaux accouche d’un simple archidiacre en guise de pape ».

Le nouvel élu, gardant en mémoire combien laborieuse a été son élection, entend donner de nouvelles règles, afin de prévenir une vacance préjudiciable aux intérêts de l’Eglise : le 7 juillet 1274, la bulle Ubi periculum est publiée, qui donne une sanction juridique au moyen, un peu étrange, que les citoyens de Viterbe ont pris afin de hâter l’élection du souverain pontife : l’histoire des conclaves vient de commencer…