Le Joyau du Tintoret

06 Décembre, 2022
Provenance: fsspx.news
Scuola Grande di San Rocco, façade

La Scuola Grande de San Rocco à Venise est un édifice unique où la richesse des marbres, des plafonds et des parois ainsi que la profusion de la décoration des boiseries et des peintures occupent l’œil et captivent le visiteur.

Siège de l’archiconfrérie de saint Roch, on s’y presse pour admirer les peintures du Titien, de Tiepolo et du Tintoret. C’est dans cette école vénitienne que ce dernier s’est lancé dans une entreprise extraordinaire et fascinante, où il a pu donner libre cours à son art et à ses talents.

Dans la salle dell’Albergo, Jacopo Robusti, dit le Tintoret (1518-1594), a peint le Christ devant Pilate, en 1566. Dans un décor complexe, où abondent les personnages, les colonnes et les détails, se dégage comme un trait de lumière le Sauveur vêtu de blanc.

Il revient de chez Hérode, qui l’a revêtu de l’habit des fous, par dérision (Lc 23, 11). Le Christ est ligoté, il se tient devant Pilate, une marche en dessous, comparaissant devant son juge. Mais il le domine. Il a la tête certes inclinée, mais Pilate, le regard fuyant, est plus bas que Lui. Presque honteux.

Pilate ressemble à un philosophe, à un sage de ce monde, une sorte de Socrate prématurément vieilli, devenu triste et sceptique. Il se lave les mains qui disparaissent dans la pénombre. Les mains du Christ, elles, sont bien visibles, ainsi que ses entraves qui, bientôt, laisseront place aux clous.

Le Christ vient d’être condamné à mort. S’il s’incline légèrement, c’est en signe d’acceptation de la volonté de son Père. Irradiant la lumière, d’une blancheur immaculée, il attire tous les regards. Humble et paisible, infiniment digne et maître des événements, toute sa personne reflète la beauté du Fils de l’Homme et la noblesse du Fils de Dieu. Il est majestueux.

Au seuil de sa Passion, Jésus-Christ paraît devant son bourreau tel l’agneau conduit à l’abattoir (Is 53, 7). Comme l’avait annoncé le prophète, il s’apprête à être foulé au pressoir, à voir son vêtement tout couvert de sang (Is 63, 3). Ce vêtement blanc, qui recouvre sa haute stature, annonce le Suaire qui bientôt l’enveloppera au sépulcre.

Le joyau qu’a peint Le Tintoret, c’est la majesté du Sauveur au moment d’offrir sa Pâque.

Le grand salon