Le lieu du baptême du Christ enfin rendu à l’Eglise

14 Janvier, 2021
Provenance: fsspx.news
Le site de Qasr al-Yahud avant le déminage

En Terre Sainte, les franciscains ont pu célébrer la messe à l’endroit même où le Christ a été baptisé pour la première fois depuis un demi-siècle. Le site de Qasr al-Yahud, transformé en un champ de mines après la guerre des Six-Jours, est redevenu un lieu de prière confié à l’Eglise.

« Nous sommes heureux, en ce jour si particulier, que la custodie de Terre Sainte, après plus d’un demi-siècle, ait pu retourner dans l’église Saint-Jean-Baptiste, avec l’aide de Dieu », se réjouit le Père Mario Hadchity, religieux franciscain en charge de la paroisse de Jéricho.

Le 10 janvier 2021 restera en effet marqué d’une pierre blanche, car depuis plus d’un demi-siècle, la messe n’avait pas été célébrée dans l’église de Qasr Al-Yahud, sur les bords du Jourdain, à l’endroit même où le Christ fut baptisé par Jean le Baptiste.

Pour l’occasion, Mgr Leopoldo Girelli, nonce apostolique en Israël et à Chypre, et délégué apostolique pour Jérusalem et la Palestine, a assisté à la messe célébrée par le custode de Terre Sainte, le père Francisco Patton.

« Les derniers prêtres à célébrer la messe ici furent un Anglais, le père Robert Carson, et un Nigérian, le père Silao Umah. Cinquante-quatre ans plus tard, nous écrivons une nouvelle page dans l’Histoire, pour témoigner que ce lieu, jadis transformé en champ de guerre, en champ de mines, est redevenu un champ de paix, un champ de prière », a rappelé avec émotion le custode de Terre Sainte, dans son homélie.

Le site, actuel, vénéré comme étant celui du baptême du Seigneur, a été acquis par la custodie en 1932, mais ce n’est qu’en 1956 qu’une modeste église dédiée à saint Jean-Baptiste a été construite, et confiée aux religieux franciscains du couvent de Jéricho.

En 1967, lors du déclenchement de la guerre des Six-Jours, l’endroit fut transformé en un champ de mines de cinquante-cinq hectares, et les franciscains furent contraints de fuir précipitamment le couvent.

Trente-trois ans plus tard, en l’an 2000, un accès a été ouvert à titre exceptionnel au pape Jean-Paul II, lors de son voyage apostolique en Terre Sainte.

En 2011, les autorités israéliennes ont rendu le site accessible aux pèlerins, mais ce n’est qu’en janvier 2018 qu’une association – Halo Trust – a décidé de s’atteler aux nécessaires travaux de déminage, qui se sont achevés à la fin du mois d’octobre 2018.

Deux ans plus tard, en octobre 2020, les clés de l’église ont été remises à la custodie, qui envisage « une réouverture prochaine aux pèlerins, qui pourront trouver dans cette église située au cœur d’une palmeraie, un endroit propice au recueillement et à la prière », selon les mots du père Patton.