Le pape accepte la démission de l’évêque de San Rafael

08 Février, 2022
Provenance: fsspx.news
Monseigneur Eduardo María Taussig, évêque de San Rafael

Le pape François a accepté la démission présentée par Monseigneur Eduardo María Taussig, 67 ans, de son siège épiscopal de San Rafael (Argentine). L’évêque s’est mis à dos une bonne partie de ses prêtres, séminaristes et fidèles, en voulant obliger les prêtres à donner la communion dans la main, et aux fidèles de la recevoir de cette manière.

En 2020, l’évêque Eduardo Taussig a lancé une croisade contre la communion dans la bouche, invoquant des raisons de santé dues à la pandémie, qui a suscité le rejet des fidèles et des prêtres du diocèse de San Rafael, dont certains étaient formateurs au séminaire.

À la suite de cette controverse, l’évêque a ordonné la fermeture du séminaire et le renvoi des séminaristes chez eux en attendant de décider de leur sort. Enfin, il y a quelques mois, ils ont reçu de nouvelles missions.

Le porte-parole du diocèse argentin de San Rafael, le P. Antonio Alvarez, avait alors expliqué que la décision de fermer le séminaire Santa Maria Madre de Dios, avait été prise en raison de la désobéissance de la majorité du clergé de San Rafael, qui refusait de distribuer la sainte communion uniquement dans la main, ainsi que l’a décidé leur évêque.

Le P. Alvarez précise que « la décision n’a pas été prise par l’évêque mais sur instruction du Saint-Siège ». « Vu l’étendue de la désobéissance » d’une grande partie du clergé, dont nombre sont diplômés et dont plusieurs sont actuellement formateurs ou professeurs, Rome est intervenue.

Mais la question de la communion dans la main n’aurait été que le signe extérieur d’une crise plus profonde. Le problème réel serait le fait que le séminaire n’adhérerait pas pleinement au concile Vatican II et à la Ratio fundamentalis, le programme romain officiel pour la formation des futurs prêtres.

Le P. Antonio Alvarez, avait d’ailleurs précisé que le Saint-Siège voulait que « les séminaristes soient déplacés pour être libérés de cette influence [traditionnelle] et correctement formés pour le sacerdoce [selon les nouvelles normes conciliaires]. »

Le pape François, après avoir accepté la démission de Mgr Taussig, a nommé Mgr Carlos María Domínguez OAR, évêque titulaire de Vita et évêque auxiliaire de l’archidiocèse de San Juan de Cuyo, comme administrateur apostolique de San Rafael.

Quelles qu’en soient les raisons, Mgr Taussig a donc maintenant démissionné, et il faut espérer que le diocèse retrouvera une certaine paix. Malheureusement, le mal est fait pour les séminaristes et de nombreux prêtres.

Ce triste épisode montre combien le refus de toute manifestation traditionnelle, même autorisée par le droit canon, est ancré comme une sorte de fanatisme dans certains esprits novateurs – et pour le coup animés d’un cléricalisme impitoyable.