Le Sénat italien bloque l’approbation de la loi sur l’homophobie

28 Octobre, 2021
Provenance: fsspx.news
Le Palais Madame, siège du Sénat italien

Le Sénat italien, lors d’un vote à bulletin secret, a donné son approbation à la “coupe” proposée par la Ligue et Frères d’Italie (Fratelli d’Italia) pour le projet de loi Zan : cette qui loi visait à imposer l’idéologie du genre dans tout le pays est donc paralysée.

Le projet de loi « Zan », du nom du député Alessandro Zan du Parti démocrate (PD, centre-gauche), visait à punir les actes de discrimination et d’incitation à la violence à l’encontre des gays, des lesbiennes, des transgenres et des personnes handicapées. Elle avait été approuvée par le Parlement en novembre dernier.

En juin, le Vatican avait déposé une note diplomatique officielle contre la loi, estimant qu’elle violait le Concordat, le traité bilatéral entre l’Italie et le Saint-Siège. Le Vatican s’inquiétait notamment du fait qu’en vertu de la loi sur l’homophobie, les catholiques pouvaient être poursuivis pour avoir exprimé des opinions en faveur des structures familiales hétérosexuelles traditionnelles.

Les détracteurs de la loi estimaient également qu’elle risquait de mettre en danger la liberté d’expression et qu’elle aurait ouvert la voie à la propagande homosexuelle dans les écoles.

Le décompte des voix a donné 154 sénateurs ayant voté pour, 131 contre et deux abstentions. Le vote a été salué par des applaudissements dans la salle. Le fait que la procédure était secrète a favorisé le résultat contre la loi Zan, selon les commentateurs.

« Les responsables du vote d’aujourd’hui au Sénat sont ceux qui, pendant des mois, après son approbation au Parlement, ont suivi les sirènes souverainistes qui voulaient couler la loi Zan. Un pacte politique qui voulait que le pays fasse un pas vers la civilisation a été trahi. Les responsabilités sont claires », a écrit le député démocrate Alessandro Zan sur Twitter.

Peu avant le vote, lors de l’émission L’aria che tira de La7, il avait déclaré : « Si la “coupe” est approuvé, la loi est morte. » Comme le montre le vote du Sénat, l’adoption de la loi semble être un défi impossible à relever.

La loi Zan a été rejetée par toute l’Italie catholique, à quelques exceptions notables près. L’opposition à la loi a également été exprimée par des féministes et des associations de lesbiennes, qui se sont opposées à l’ajout des personnes transgenres aux catégories protégées par la loi punissant les crimes de haine fondés sur la race et la religion.

Matteo Salvini s’est félicité du résultat : « L’arrogance de Letta [secrétaire du PD. NDLR] et du Mouvement Cinq Étoiles a été vaincue », a-t-il dit.

« Ils ont dit non à toutes les propositions de médiation, y compris celles faites par le Saint-Père, par les associations et par de nombreuses familles, et ils ont sabordé le projet de loi Zan. Maintenant, nous revenons sur la base des propositions de la Ligue », a-t-il ajouté.

Ce projet de loi, dans une nouvelle mouture, ne pourra pas être présenté au Sénat avant six mois, selon les règles parlementaires italiennes.