Les « Hérauts de l'Evangile » dans la tourmente

28 Juin, 2017
Provenance: fsspx.news
Mgr João Scognamiglio Clá Dias.

Placés sous étroite surveillance depuis la démission de leur supérieur, Mgr  João Scognamiglio Clá Dias, les « Hérauts de l’Evangile » - Evangelii Præcones -, ont été créés en 1995, après la scission de la TFP survenue à la mort de son fondateur, Plinio Corrêa de Oliveira. Un récent scandale a dévoilé d'étranges pratiques ayant lieu au cours d'exorcismes.

Plinio Corrêa de Oliveira assis au ciel aux côtés de la Vierge, qui préside au changement climatique et aux destinées du pape François qu’il a l’intention de vouloir bientôt faire mourir… Voici quelques-uns des délires en vogue auprès de responsables des "Hérauts de l’Evangile", cette association créée en 1995 et reconnue par le Conseil pontifical pour les laïcs en 2001. Une enquête canonique a été aussitôt diligentée par le Saint-Siège et plusieurs mesures ont été prises. 

Ainsi, le 12 juin 2017, Mgr João Scognamiglio Clá Dias, prêtre fondateur et supérieur général de l’institut des Evangelii Præcones ou Hérauts de l’Evangile, a remis sa lettre de démission. Il s'est gardé d'y faire la moindre référence à l’enquête diligentée par le cardinal João Braz de Aviz, préfet de la Congrégation pour les Instituts de Vie Consacrée et les sociétés de Vie Apostolique, mais personne n'est dupe. 

La décision prise par la Congrégation pour les Religieux a été dénoncée par certains membres qui ont crié au scandale, invoquant une prétendue chasse aux sorcières dont serait victime leur institut, sous le fallacieux prétexte qu’il serait jugé trop traditionnel. Mais ce contre-feu n’a trompé personne. 

En effet, le dossier semble accablant. Le journaliste italien Andrea Tornielli, qui a révélé l'affaire, explique qu'on s'y adonnerait à “une espèce de culte secret et extravagant, rendu à une sorte de triade composée de Plinio Correira de Oliveira, sa mère Donna Lucilia, et Monseigneur Clá Dias lui-même”. 

Plinio Correa de Oliveira, décédé en 1995, était originaire de São Paulo, au Brésil. Homme politique, publiciste, avocat et professeur d'université, ce catholique prétendait s’inscrire dans la mouvance catholique contre-révolutionnaire. Face à la Révolution libérale et égalitaire, et à ses avatars que sont le communisme et le socialisme, il opposait les trois piliers de la Civilisation chrétienne que sont, selon lui, la Tradition, la Famille et la Propriété. D'où la fondation de la TFP, en 1960. Après sa mort, une scission dans son pays d'origine aboutit à la création de la branche des « Hérauts de l’Evangile », fondée par João Scognamiglio Clá Dias, également originaire de São Paulo. 

Un film récent, tourné en présence des chevaliers, montre Mgr Clá Dias et ses prêtres évoquer l'utilisation d'un rituel d’exorcisme qui leur est propre, au prétexte que celui de l’Eglise serait inefficace. Ainsi, lorsqu’ils prétendent chasser le démon, les Hérauts de l’Evangile prononcent, entre autres, la formule suivante : « que la malédiction de Mgr Clá Dias tombe sur ta tête ». 

Le film révèle encore la nature très secrète du culte voué à Plinio et à sa mère Lucilia. Il montre Mgr Clá Dias donner crédit à des théories loufoques, et encourager ses prêtres à faire de même. Qui est à la source de ses pseudo-révélations ? A en croire le prêtre démissionnaire, c’est le démon lui-même qui se confie aux chevaliers, à l’occasion des nombreux exorcismes que ces derniers opèrent sans beaucoup de discernement. 

Un des temps forts du film - véritable pièce à charge dans le dossier – est celui où Mgr João Clá raconte, devant des prêtres enthousiastes, ce que le démon aurait dit du Saint-Siège et du pape François. Florilèges de quelques-uns de ces propos venus de l'Enfer : « Le Vatican ? Il est à moi, à moi ! » ; ou encore : « le pape est un fou, tout ce qu’il fait, c’est par moi qu’il le fait » ; sans oublier la référence au défunt fondateur de la TFP : «  les plans sont entre les mains de Dieu et du professeur Plinio qui encourage la mort du pape » ; et enfin l’indication sur l'identité du successeur de François : « le cardinal Rodé, ce sera lui le prochain pape : il sera  bon ». 

En effet, le cardinal slovène fut l'un des soutiens des Hérauts de l’Evangile. C'est lui qui, en 2009, alors préfet de la Congrégation pour les Instituts de Vie Consacrée et les Sociétés de Vie Apostolique, avait obtenu du pape Benoît XVI l'approbation pontificale d'une branche cléricale des Hérauts de l'Evangile ainsi que d'une branche religieuse féminine. Le 15 août 2009, il remettait à Mgr Clá Días, au nom du Souverain pontife, la médaille Pro Ecclesia et Pontifice, distinction honorifique destinée à récompenser son action au service de l'Eglise et de la papauté. Le cardinal Franc Rodé est aujourd'hui âgé de 82 ans. 

En novembre 2016, le cardinal Braz de Aviz, successeur de Mgr Rodé, affirmait que soixante-dix communautés nouvelles révélaient des aspects « problématiques » et que quinze fondateurs étaient sous le coup d’une enquête canonique. Ainsi la nouvelle évangélisation voulue par Jean-Paul II, dans le sillage de Vatican II, porte des fruits "problématiques". Dont acte !