Les confessions de Mgr Gänswein

11 Janvier, 2021
Provenance: fsspx.news

Santé de Benoît XVI, mise à l’écart de la Curie romaine : le secrétaire particulier de l’ancien pape Benoît XVI est revenu sur les principaux événements qui ont pu le toucher durant l’année 2020.

« Je suis reconnaissant à Dieu que l’année 2020 soit enfin terminée. » Mgr Georg Gänswein a le cœur lourd. Chose étonnante, c’est au tabloïd allemand Bunte – un média connu pour faire ses choux gras des récits à scandale – que le secrétaire particulier de l’ancien pape a décidé de confier ses états d’âme, dans un entretien téléphonique publié le 29 décembre 2020.

L’archevêque bavarois, âgé de soixante-quatre ans exerçait, il y a un an encore, la fonction de préfet de la Maison pontificale : à ce titre, il lui revenait d’organiser le service d’antichambre et de préparer les audiences solennelles que le souverain pontife accorde aux chefs d’Etat, ainsi qu’aux ambassadeurs qui viennent au Vatican, pour la présentation de leurs lettres de créance.

Coup de théâtre le 6 février 2020 : le Saint-Siège annonce une « redistribution des tâches et engagements » – comprendre une mise à l’écart – de celui qui reste présent, encore à ce jour et sur le papier, dans l’organigramme de la Curie romaine.

Une décision brutale intervenue peu après la publication du livre Des profondeurs de nos cœurs, écrit par le cardinal Robert Sarah, et auquel Benoît XVI avait participé dans le plus grand des secrets, sans que le pontife argentin ait pu être prévenu à temps.

L’erreur était fatale, d’autant plus que l’ouvrage publié mettait en garde contre une éventuelle ouverture du sacerdoce à des hommes mariés : la presse avait pu alors évoquer une profonde divergence de vues entre l’ancien et l’actuel successeur de Pierre.

Mgr Gänswein assure seulement que la décision du pape François l’a grandement surpris et « peiné ». Il explique l’avoir acceptée « dans l’obéissance ».

Après avoir été traité pour des problèmes rénaux en septembre dernier, le haut prélat bavarois rapporte qu’il a eu une « rencontre clarifiante, très fortifiante et encourageante avec le pape François » au sujet de la décision d’être relevé du service actif en tant que préfet.

Choisissant ses mots, Mgr Gänswein a souligné que cette mise à pied ne constituait pas « une punition, en premier lieu » : le lecteur comprendra…

Quant à la santé du pape émérite, Mgr Gänswein, qui a célébré la fête de Noël et le Nouvel an en sa compagnie, assure que l’ancien pape « reste alerte mentalement, même si physiquement cependant, il s’est affaibli. A quatre-vingt-treize ans, il est à un âge béni », conclut-il.