L’hôpital de Padre Pio au bord du gouffre

09 Avril, 2021
Provenance: fsspx.news
La Maison du soulagement de la souffrance

L’établissement de soins fondé par Padre Pio est au pied du mur : déficits et dettes s’accumulent depuis plusieurs années, sans parler du séisme causé par le SARS-Cov-2. Le Vatican tente de trouver une solution afin de sauver l’œuvre de l’illustre capucin.

Un plateau aride et désolé. Voilà à quoi ressemblait San Giovanni Rotondo avant que Padre Pio s’attèle à ce qui sera l’œuvre de sa vie : la clinique de la Casa Sollievo della Sofferenza – la Maison du soulagement de la souffrance – devenue depuis le plus grand et le plus moderne hôpital du Mezzogiorno italien.

C’est le 25 janvier 1925 que l’illustre capucin inaugure un premier établissement de soins assez modeste – l’hôpital civil Saint François – installé dans l’ancien couvent des Clarisses : deux salles de sept lits chacune, et deux chambres réservées ; les pauvres y étaient soignés gratuitement.

Une œuvre qui fit long feu, car treize ans plus tard, en 1938, un tremblement de terre détruisit l’hôpital : les voies du Seigneur sont décidément impénétrables, dut se dire le saint capucin…

Mais il en fallait beaucoup plus pour décourager Padre Pio : c’est le soir du 9 janvier 1940, dans sa cellule, que lui vient l’idée de la Maison du soulagement de la souffrance. Mais ce n’est que le 16 mai 1947, du fait de la guerre, que la première pierre de la « cathédrale de la charité », comme on la nomme parfois, fut bénite.

Au XXIe siècle, après quatre agrandissements successifs – et dans l’attente d’un cinquième – l’hôpital fondé par Padre Pio est devenu un imposant bâtiment disposant de 1 200 lits, cinq salles d’opération, et doté des infrastructures les plus modernes.

L’établissement – une fourmilière au sein de laquelle s’activent 2 500 employés – n’a toujours pas d’équivalent dans toute l’Italie méridionale, et demeure le plus réputé de la Péninsule : les membres les plus reconnus du corps médical au-delà des Alpes, se succèdent à la tête des différents services.

Jouissant du statut d’hôpital régional que lui garantit le ministère de la Santé, la Maison du soulagement de la souffrance conserve néanmoins son autonomie juridique et administrative : propriété du Saint-Siège, par testament de Padre Pio, elle est gérée par une commission pilotée par le Vatican.

Un endettement très préoccupant

Si les années 2000 voient une dégradation de la situation économique de l’hôpital, c’est bien la Covid-19 qui pourrait lui porter le coup fatal : le budget 2020 s’est en effet soldé par près de cinquante millions d’euros de perte.

Et l’endettement de l’établissement pourrait dépasser les cent millions, même s’il convient de parler au conditionnel, car le Vatican n’a pas l’habitude de divulguer ses comptes…

Fin mars 2021, les évêques des Pouilles ont rencontré le président de la région, Michele Emiliano, qui a annoncé s’être lui-même entretenu par visioconférence avec le secrétaire d’Etat du Saint-Siège, le cardinal Pietro Parolin.

Ce dernier songerait à nommer un commissaire afin de remplacer l’actuel directeur général, Michele Giuliani : le Saint-Siège souhaite trouver un profil capable de jouer le rôle d’interlocuteur crédible avec le Palais Chigi, siège du gouvernement italien, dans le but d’obtenir un financement extraordinaire sur le modèle de celui garanti chaque année au Bambino Gesu.