L’origine des bruits de démission du pape François

22 Septembre, 2021
Provenance: fsspx.news
Université de Bologne

Un article du vaticaniste Sandro Magister explique l’origine de la rumeur d’une démission du pape. Il s’agit d’un article de canonistes paru dans une revue spécialisée italienne. Il laissait entrevoir de nouvelles normes canoniques concernant tant la renonciation d’un pape que son incapacité totale.

L’auteur de l’article, Geraldina Boni, professeur de droit canon à l’Université de Bologne, est également conseillère du Conseil pontifical pour les textes législatifs. De là à penser que le Vatican préparait, à la demande du pape, les normes d’un cadre juridique à une renonciation prochaine…

Mais d’après les informations de Settimo Cielo, rien ne bouge au Vatican et personne, encore moins le pape, ne s’avance dans une telle direction.

L’initiative a été lancée à partir d’un réseau international de chercheurs en droit canon de l’Université de Bologne. Ils ont créé une plateforme, accessible à tous, où ils essaient d’élaborer des normes sur deux points : la renonciation et l’empêchement total d’un pape.

Quand ces chercheurs estimeront avoir mis au point un projet adéquat, ils l’offriront au « législateur suprême », c’est-à-dire au pape François, qui décidera ce qu’il convient d’en faire.

Le professeur Boni a expliqué le fonctionnement de cette plateforme dans un article rédigé pour Settimo Cielo. En voici un bref résumé. L’article complet peut se trouver ici.

Deux vides juridiques à combler

Le pape « empêché »

L’éventualité du pape empêché est mentionnée dans le Code de droit canonique mais non réglementée. De plus, aucune solution juridique n’a été envisagée en cas d’empêchement total, permanent et irréversible. Ce sont ces lacunes qu’il conviendrait de combler.

Depuis 2020, des canonistes issus de différents pays ont établi deux schémas réglementaires sur ces points à traiter. Cette équipe a organisé des réunions en ligne et échangé des schémas.

Les deux projets de proposition de lois, l’une pour le cas du siège de Rome totalement empêché et l’autre pour la situation d’un pape qui aurait renoncé à son office ont été, une fois le travail préparatoire achevé, publiés sur un site web pour être consultés par les canonistes du monde entier.

Pour le projet du siège de Rome empêché, la nouveauté concerne l’introduction de l’empêchement total et irrémédiable du pape en tant que troisième cause de cessation de l’office pétrinien, qui s’ajouterait au décès et à la renonciation.

La situation devrait être constatée par une procédure strictement réglementée – par une consultation médicale et ratification du collège cardinalice à la majorité qualifiée – et serait équivalente en droit au siège vacant, entraînant la convocation d’un conclave.

La difficulté majeure serait de coordonner cette solution avec un principe fondamental du Droit : « le premier siège n’est jugé par personne », indissociable du primat de l’évêque de Rome.

Le pape « émérite »

Le projet propose des normes sur l’acte de renonciation, des dispositions sur le titre et l’appellation, la résidence, la rémunération, les rapports avec le pontife romain, la condition personnelle, le style de vie, les responsabilités ecclésiales et publiques, les funérailles et la sépulture de l’évêque de Rome qui a renoncé. Il est intéressant de noter que le titre proposé est : “Evêque émérite de Rome”.

Au terme de ce travail en commun, les projets seront présentés au législateur suprême, afin qu’il puisse s’en servir s’il le juge opportun. Voici l’adresse de la plateforme :
www.progettocanonicosederomana.com