Notre Dame de Fatima nous enseigne la prière apostolique

23 Mai, 2020
Provenance: fsspx.news

Par la prière apostolique nous demandons des grâces pour le prochain, comme sa conversion, sa sanctification, et tout ce qui peut profiter à son âme. Notre-Dame avait cela à l’esprit quand elle demanda aux enfants de prier pour la conversion des pécheurs.

Le travail de l’apostolat consiste à tourner la volonté, encline au mal, vers le bien, afin qu’une personne qui serait loin de Dieu, voire même Son ennemi avoué, se rapproche de Lui et devienne Son ami.

La conversion d’une âme et son salut est une grâce si grande qu’elle dépasse de loin tous les moyens humains de l’apostolat. Comment faire descendre ces grâces du Ciel ? Notre-Dame enseigne que les principaux moyens sont les prières et les sacrifices. Le Père Kolbe écrit : « A travers la prière et la souffrance, nous pouvons obtenir bien des grâces. Il y a une prière qui correspond certainement à la volonté de Dieu, c’est la demande de sa propre sanctification et de celle de son prochain. Lorsque l’on demanda à Napoléon ce qui était indispensable pour gagner une bataille, il répondit : Trois choses sont nécessaires : de l’argent, de l’argent et encore plus d’argent !  … La prière est le moyen le plus incompris et pourtant le plus puissant de restaurer la paix dans les âmes, de les rendre heureuses et de les rapprocher de l’amour de Dieu. La prière renouvelle le monde ».

L'exemple de la plus jeune des enfants de Fatima est une merveilleuse manifestation de cette vérité. Quelles étaient les prières de la petite Jacinthe ? Celles qu’elle avait apprises de l’ange et de Notre-Dame : la prière de l’ange, le rosaire et ses chères oraisons jaculatoires. La meilleure dévotion au Cœur Immaculé de Marie n’est pas la récitation de beaucoup de prières, mais plutôt la simple et intime relation d’un enfant avec sa mère, qui s’exprime au mieux à travers de courtes mais très ferventes oraisons jaculatoires. Un enfant qui aime sa mère ne fait pas de longs discours, souvent un simple regard ou un mot suffit. Quand il est en danger, il crie presque inconsciemment : Maman !

Dans le monde agité d’aujourd’hui, l’oraison jaculatoire, encouragé par Notre-Dame de Fatima, est la meilleure manière de demeurer en union avec Dieu, d’élever nos actions vers le surnaturel et de faire beaucoup pour le salut des âmes. Si nos oraisons jaculatoires sont semblables à des soupirs d’amour d’un enfant envers sa mère, ils sont pour l’ennemi de notre salut comme les balles d’une mitrailleuse, que nous lui envoyons. L’oraison jaculatoire préférée de Jacinthe était : « Doux Cœur de Marie, soyez mon salut ! » Surtout durant les derniers mois où il lui était difficile de réciter de plus longues prières, tout devint une offrande constante de sacrifices et de prières pour la conversion des pécheurs.

Jacinthe pria certainement beaucoup plus pour les autres que pour elle-même durant sa courte vie. La récompense de Notre-Dame devrait toujours nous rappeler le vieil adage : « Ce que tu fais pour les autres, tu le fais deux fois pour toi ! » En se sacrifiant pour la sanctification des autres, Jacinthe elle-même est devenue sainte.