Notre-Dame de Paris : le moral grimpe en flèche

06 Décembre, 2022
Provenance: fsspx.news

Elle paraît désormais loin, cette funeste soirée du 15 avril 2019, durant laquelle les Français, médusés et abattus, assistaient, impuissants, à l’incendie qui a failli perdre à jamais Notre-Dame de Paris. Car depuis quelques jours, avec l’arrivée d’une nouvelle grue, les travaux de reconstruction s’accélèrent, et l’espoir renaît enfin.

Le spectacle a de quoi donner le torticolis à plus d’un Parisien : surplombant la nef gothique médiévale, un monstre métallique vient de faire son apparition. Trois cent cinquante tonnes d’acier, une centaine de mètres de hauteur… La grue chargée de reconstruire la flèche de la plus célèbre cathédrale du monde, vient de faire son apparition.

Montée le 26 novembre 2022 au sud de l’édifice, cette grue va également permettre d’acheminer les éléments d’échafaudages indispensables à la restauration des maçonneries du pignon sud, du bras sud du transept, et des éléments de charpente et de couverture de la nef, particulièrement les « fermes » – les éléments de la charpente qui supporteront le poids de la structure – qui pèsent plusieurs tonnes chacune.

Depuis quelques jours en effet, l’immense engin lève sans relâche les blocs d’échafaudages déjà assemblés au pied de la cathédrale, afin de les introduire au cœur de l’édifice, par le toit encore effondré. Progressivement, l’échafaudage prend de la hauteur et rejoint le niveau des voûtes, à la croisée du transept.

Une grue de bon augure pour l’établissement public chargé de la conservation et de la restauration de la cathédrale, qui ne cache pas sa joie : « Flèche, voûtes, charpentes : la reconstruction est lancée ! Au sol de la croisée du transept, un échafaudage de 600 tonnes s'élèvera bientôt à 100 mètres de hauteur : il permettra de reconstruire à l'identique la flèche de Viollet-le-Duc », se félicite le général Jean-Louis Georgelin.

Après la restauration de la charpente, qui devrait prendre de longs mois, une troisième grue devrait faire son apparition en 2023, pour permettre la pose de la couverture et des différents éléments de décoration qui orneront la future flèche que l’on nous promet « à l’identique ».

En attendant, les Parisiens peuvent toujours aller admirer à la Cité de l’architecture et du patrimoine, située au Trocadéro, les imposantes statues des apôtres qui décoraient la flèche, et qui ont échappé à l’incendie, retirées quelques jours seulement avant le sinistre, afin d’être revernies.

Un clin d’œil de la Providence, car ces statues représentent une contrainte supplémentaire qui pousse les architectes à reproduire le plus fidèlement possible la flèche conçue par Viollet-le-Duc.

Si les différentes phases des travaux se déroulent comme prévu, Notre-Dame de Paris pourrait être, au moins partiellement, rouverte au culte à la fin de l’année 2024.