Nouvelle preuve d’une implantation précoce du christianisme en Galilée

03 Février, 2021
Provenance: fsspx.news

La récente invention d’une inscription grecque en Galilée permet de conforter la thèse traditionnelle d’une implantation de l’Eglise remontant aux premiers temps du christianisme.

Dans son édition numérique du 20 janvier 2021, The Times of Israel fait le point sur la récente découverte effectuée par les chercheurs de l’Autorité des antiquités d’Israël (IAA) sur le site de fouilles de Taybeh, petite ville de Cisjordanie sous administration de l’Autorité palestinienne située à 30 kilomètres au nord de Jérusalem et à 12 kilomètres au nord-est de Ramallah.

Dans cette localité entièrement chrétienne depuis les premiers temps de l'Église, une inscription grecque a été mise à jour.

La pierre gravée, ôtée de son emplacement d’origine, servait à soutenir la structure d’un édifice plus récent, datant probablement de la fin de la période byzantine : un bâtiment consistant en deux pièces.

Les archéologues n’ont pas eu de mal à en restituer le texte : « Le Christ est né de Marie. Ceci est l’œuvre du très pieux et très croyant évêque Théodose ainsi que du misérable Thomas ; elle a été entièrement construite depuis son fondement. Quiconque entre ici doit prier pour eux. »

Selon les chercheurs de IAA, l’inscription devait être primitivement placée à l’entrée d’une église du Ve siècle, inconnue jusqu’ici. L’édifice religieux révèle le patronage de l’évêque saint Théodose le Grand (+529) – dit aussi le Cénobiarque – disciple de saint Siméon le Stylite, considéré comme l’un des fondateurs du monachisme oriental.

« L’inscription salue ceux qui entrent et les bénit : cela confirme que le bâtiment est une église, et non un monastère, car les églises saluent les croyants à leur entrée, ce qui ne s’observe pas dans les monastères », explique Leah DiSegni, chercheuse à l’Institut d’archéologie de l’Université hébraïque de Jérusalem.

« L’importance de l’inscription réside dans le fait que, jusqu’à présent nous ne savions pas avec certitude qu’il y avait des églises de cette période, dans la région ; maintenant nous en avons la preuve », ajoute de son côté Walid Atrash, archéologue à l’IAA.

Taybeh se trouve au cœur de la Palestine seconde, province byzantine datant du IVe siècle, que les traditions locales considèrent comme l’un des berceaux du christianisme.