Panama : l’Eglise se dresse contre les unions homosexuelles

30 Novembre, 2020
Provenance: fsspx.news
Cathédrale de Panama City

Le Rhin ne semble pas prêt à se jeter dans le canal du Panama : au sein du petit pays situé sur l’isthme rattachant l’Amérique centrale à l’Amérique du Sud, l’Eglise – à la différence des prélats allemands – n’entend pas céder sur la question du « mariage homosexuel ».

L’homélie prononcée le 22 novembre 2020 dans la cathédrale Sainte-Marie par Mgr Jose Domingo Ulloa, archevêque de Panama City, ne laisse pas place à l’équivoque : « si nous sommes citoyens du Royaume du Christ, nous ne pouvons pas prétendre suivre et partager des attitudes et des comportements qui violent les valeurs évangéliques de notre foi, comme l’avortement, les unions entre personnes de même sexe, le vol, la malhonnêteté et la corruption », a expliqué le prélat.

Depuis plus d’un an en effet, la question de la légalisation du mariage homosexuel est au cœur de la vie politique panaméenne : en octobre 2019, les députés du Parlement – monocaméral, dans la petite république – ont adopté plusieurs amendements à la Constitution du pays, dont l’un qui empêche toute légalisation future des unions entre personnes de même sexe.

Il n’en fallait pas moins pour déclencher une violente vague de contestation parmi les étudiants progressistes, soutenus par de puissants lobbies : ainsi la Cour interaméricaine des droits de l’homme – basée au Costa Rica, et dont l’objet et de promouvoir les « droits fondamentaux » sur le continent – demande au Panama de reconnaître le « mariage » homosexuel.

Le dossier des unions civiles entre personnes de même sexe est désormais entre les mains de la Cour suprême du pays, qui doit se prononcer à son tour sur la question.

« Céder aux groupes de pression et de pouvoir, ce serait incompatible avec notre foi : l’évangile n’est pas une mode », a prévenu dans son homélie Mgr Ulloa. Une voix dont on souhaiterait qu’elle fût entendue jusqu’à Rome.