Panique sur l’île des saints

17 Janvier, 2022
Provenance: fsspx.news

La liste de la plupart des décès de prêtres et de religieux présents sur le sol irlandais est publiée chaque année par la Conférence des évêques d’Irlande. En seulement trois ans, 21% du clergé est décédé : une hémorragie qui menace la visibilité même de l’Eglise catholique.

« La Covid-19 a accéléré le changement, et très rapidement, la structure traditionnelle de l’Eglise qui nous a vu grandir est littéralement en train de mourir. Il y aura un énorme changement qui va se produire, et les églises fermeront. » Le constat du père Tim Hazelwood est très inquiétant.

Le prêtre irlandais, incardiné dans le diocèse de Cloyne (Irlande) commente, en ce début d’année 2022, les statistiques sur le nombre de prêtres et de religieux publiées par l’Association des prêtres catholiques (ACP).

Selon ces statistiques, 174 religieuses et 166 prêtres et religieux sont morts en 2019.

191 autres religieuses sont décédées en 2020, ainsi que 223 prêtres et religieux. Pour 2021 – les statistiques s’arrêtant en septembre dernier – 131 autres religieuses ont été rappelées à Dieu, tout comme 131 prêtres et religieux.

En tout, le nombre de décès, sur les trois dernières années, représente environ 21% du total des prêtres et religieux présents sur l’île des saints : « ces chiffres font l’effet d’une onde de choc ; il est très triste de voir que tant de personnes sont mortes dans un si court laps de temps », commente le père John Collins, l’un des responsables de l’ACP.

Des données partielles, car selon The Irish Examiner, il faut ajouter au moins 76 autres religieuses, 36 prêtres et cinq religieux, ayant trouvé la mort entre octobre dernier et le mois de janvier 2022.

Si en 2014, l’Eglise d’Irlande comptait 2067 prêtres diocésains en activité, ils n’étaient déjà plus que 1800 en 2018, il y a déjà quatre ans…

Hormis de possibles décès, le nombre de prêtres actifs devrait continuer de baisser : rien que dans le diocèse de Cork et Ross, 11 prêtres ont prévu de prendre leur retraite au cours des trois prochaines années.

Sans parler de ceux qui avaient prévu de mettre un terme à leur ministère alors que débutait la pandémie, et qui ont dû rester à leur poste une ou deux années supplémentaires afin de prêter main forte à des confrères malades ou épuisés.

« Nous sommes tous conscients du vieillissement de la population de prêtres, mais ce n'est que lorsqu’on regarde avec attention les chiffres que l’on réalise à quel point le nombre de décès est élevé », s’inquiète le père Collins.

Sur l’île des saints comme ailleurs, l’aggiornamento conciliaire peine à montrer ses fruits, et si la prise de conscience des conséquences dramatiques du vieillissement du clergé est bien là, le retour à la Tradition ne semble malheureusement pas vraiment à l’ordre du jour…