Parkinson : un traitement sans utilisation de cellules embryonnaires

07 Août, 2018
Par fsspx.news
news-header-image

Une équipe de chercheurs de l’Université de Kyoto a annoncé qu’elle avait injecté le 1er août 2018 des millions de cellules iPS dans le cerveau de sept patients âgés de 50 à 69 ans, tous atteints de la maladie de Parkinson. 

L’essai clinique en question est intéressant à un double titre : d’abord, comme un espoir pour enrayer cette maladie neurodégénérative, due à la destruction d’un certain type de neurones, et qui entraîne une lenteur des mouvements, une raideur musculaire et un tremblement. Cette maladie touche actuellement plus de dix millions de personnes dans le monde. 

L’autre intérêt de cette première scientifique réside dans le choix d’utiliser des cellules iPS. Dans beaucoup d’expérimentations, on a plutôt recours à des cellules-souches embryonnaires, provenant d’embryons - donc d’êtres humains - prélevés après une fécondation in vitro et détruits lors de l’expérimentation : cette pratique consiste ni plus ni moins dans l’élimination physique d’une personne humaine. 

A l’inverse, les cellules iPS - induced pluripotent stem cells ou cellules pluripotentes induites - se posent comme une alternative. Il ne s’agit plus de prélever des cellules dans un embryon humain qu’on élimine, mais de faire revenir des cellules adultes à cet état pluripotent, c’est à dire suffisamment indifférencié pour pouvoir régénérer toutes les cellules d’un organisme après multiplication et spécialisation. 

Pour ce qui est de l’essai clinique réalisé le 1er août, les cellules proviennent non pas des malades mais de donneurs sains. Les chercheurs espèrent qu’elles se différencieront en neurones pour compenser la destruction due à la maladie. Les observations se poursuivront pendant deux ans. 

L’espoir de guérison est important, car l’utilisation de cellules iPS, acceptable du point de vue de la morale, est reconnu comme étant plus efficace… mais d’un coût plus élevé. Le respect des droits de Dieu sur toute créature humaine n’a-t-il pas un prix inestimable ?