Qui défend et qui critique les neuf ans de pontificat de François ? (1)

21 Avril, 2022
Provenance: fsspx.news
Père Mark Massa

Ce 13 mars 2022 était la date du neuvième anniversaire de l’élection du pape François. Agé de 85 ans depuis le 17 décembre, le souverain pontife a vu ses difficultés de santé s’accroître au cours de l’année écoulée (cf. FSSPX.Actualités), en sorte que les vaticanistes ne se cachent plus pour évoquer librement sa succession.

Dans ce climat particulier, deux faits retiennent l’attention : une réunion discrète organisée les 25 et 26 mars, aux Etats-Unis, par les défenseurs de la ligne de François ; et un mémorandum anonyme adressé aux cardinaux, au début du carême, très sévère sur le pontificat actuel. Cette réunion et ce mémorandum montrent quels seront les enjeux de la succession de François.

Une réunion quasi secrète pour soutenir François

Sur Life Site News du 30 mars, Michel Haynes révèle qu’un « groupe restreint de hauts prélats américains, ainsi que le nonce apostolique et des responsables de la Curie romaine, se sont récemment réunis en secret à Chicago pour “comprendre l’esprit de ce qu’ils appellent ‘l’opposition’ au pape François” et promouvoir l’idéologie de Vatican II. »

Et d’apporter les précisions suivantes : « Les 25 et 26 mars, tandis que le pape François présidait l’acte de consécration de la Russie et de l’Ukraine, une conférence intitulée Pope Francis, Vatican II, and the Way Forward [le pape François, Vatican II et la voie à suivre] se tenait à l’université Loyola de Chicago.

« Organisée par le Boisi Center for Religion and American Public Life du Boston College, ainsi que par le Hank Center for the Catholic Intellectual Heritage de l’université Loyola de Chicago et le Center on Religion and Culture de Fordham [université privée de New York, dirigée par les jésuites], la conférence s’est déroulée presque entièrement hors du radar des médias. »

Le 25 mars, The Torch [journal rédigé par les étudiants de l’Université St. John’s, à New York] a révélé que l’événement était une initiative du père Mark Massa sj, directeur du Boisi Center, et de Michael Sean Winters, rédacteur en chef du National Catholic Reporter [hebdomadaire progressiste, favorable à la contraception et à l’avortement].

Le P. Massa a appris à The Torch que les participants avaient été invités « de manière sélective » [sic]. Etaient également présents des membres des médias catholiques et des « évêques centristes disposés à la confrontation ».

Parmi les participants figuraient un certain nombre de hauts prélats, dont deux membres du Conseil des cardinaux assistant François dans la réforme de la Curie : le cardinal Sean O’Malley et le cardinal Oscar Rodriguez Maradiaga.

Il y avait le nonce apostolique aux Etats-Unis, Mgr Christophe Pierre, et la sœur Nathalie Becquart qui joue un rôle clé dans le synode sur la synodalité. Le cardinal Blaise Cupich de Chicago était également présent, […] ainsi que l’archevêque Héctor Miguel Cabrejos Vidarte, président de la Conférence épiscopale d’Amérique latine.

J.D. Flynn, du Pillar [site catholique américain conservateur] a noté que plusieurs journalistes du National Catholic Reporter étaient présents, ainsi que le « théologien libéral » Massimo Faggioli.

Répondant à The Torch, le P. Massa a révélé que l’objectif de la conférence était de relier l’« opposition » au pape François à l’opposition au concile Vatican II : « Nous voulons montrer que l’opposition au pape François, pas universellement mais dans une large mesure, est une opposition à Vatican II. François essaie d’encaisser le chèque [sic] que Vatican II a émis : la synodalité était la chose la plus importante. »

Le jésuite américain a affirmé que le but et le sens de la synodalité sont une réorientation de l’Eglise au niveau local, dans laquelle « chaque Eglise nationale, chaque groupe de diocèses, devrait avoir un synode pour parler des choses locales en dialogue les uns avec les autres ». Et cela « éliminerait le processus de recours à Rome [sic] ».

S’adressant au National Catholic Reporter, le cardinal Rodriguez Maradiaga a apporté un éclairage supplémentaire sur cette rencontre organisée pour comprendre l’esprit de l’« opposition » au pape : « ils [les opposants] essaient de construire des murs, de revenir en arrière, de regarder l’ancienne liturgie ou peut-être les choses d’avant Vatican II ». Et d’ajouter : « il est nécessaire de voir que toutes les réformes du pape François sont enracinées dans Vatican II. »

Parmi les thèmes des communications présentées lors de la réunion, on a pu ainsi entendre : « L’opposition à François, enracinée dans l’abandon de Vatican II comme source de renouveau » par Massimo Faggioli, et « Argent, médias et réseaux s’opposant au pape François » par le P. Massa.

Selon ce dernier, la rencontre de Chicago ne sera pas un événement isolé, elle devrait devenir « annuelle ou semestrielle », afin que « les évêques et les théologiens puissent parler franchement entre eux de choses importantes qui sont vraiment enterrées par la presse ».

Michel Haynes écrit que « Life Site News a contacté l’archidiocèse de Chicago, l’archidiocèse de Boston et le Hank Center de l’université Loyola de Chicago, afin d’obtenir plus d’informations sur la conférence, ainsi que sur les raisons pour lesquelles les médias évitent en général d’en parler, mais jusqu’à présent nous n’avons reçu aucune réponse. » Et de conclure : « Certains catholiques ont comparé la conférence aux réunions de la mafia de Saint-Gall. »

N.D.L.R. : La « mafia de Saint-Gall » est le nom que lui a donné un de ses principaux protagonistes, le cardinal Godfried Danneels. Il s’agissait pour les prélats progressistes qui s’y réunissaient depuis 1996, de préparer la succession de Jean-Paul II qui intervint en 2005.

C’est dans ce cadre plus que discret que le nom du cardinal Jorge Mario Bergoglio apparut pour la première fois. Sur les manœuvres obscures des conciliaires, on peut se reporter aux deux articles de Nouvelles de Chrétienté n°180, novembre-décembre 2019 : « Le pacte des catacombes ou le Concile souterrain » et « Du Concile au synode… et retour ».

A suivre...