A Séoul, des confessionnaux au format Covid-19

18 Novembre, 2020
Provenance: fsspx.news
Intérieur de la cathédrale de Séoul, dédiée à l’Immaculée Conception

Pour réouvrir ses confessionnaux et permettre aux fidèles de recevoir le sacrement de Pénitence, l’archidiocèse de Séoul (Corée du Sud) n’a pas lésiné sur les moyens, s’adaptant aux normes sanitaires drastiques édictées par les autorités : le confessionnal au format Covid-19 a ainsi vu le jour.

S’adapter pour survivre. Telle pourrait être la devise des catholiques sud-coréens. Dans la Cathédrale de Myeongdong, au cœur de Séoul, les confessionnaux – comme tous les espaces clos suspectés de faire contracter plus facilement le coronavirus – ont été fermés en février 2020, en raison de l’épidémie de Covid-19.

Qu’à cela ne tienne : l’archidiocèse de la capitale sud-coréenne a décidé de rendre les confessionnaux compatibles avec les normes sanitaires édictées par la Maison Bleue (bureau et lieu résidence du président de la République).

Dans son format Covid-19, le confessionnal marque plus nettement la séparation entre le prêtre et le pénitent : en sus de la grille, une protection en plexiglas a fait son apparition. Un système de ventilation a été installé, afin de pallier une éventuelle transmission du virus par les particules en suspension dans l’air.

Enfin, après la sortie d’un pénitent, l’ensemble de la cabine est désinfectée avant l’entrée du suivant : autant de contraintes qui ne semblent pas beaucoup peser dans ce pays d’Asie, habitué depuis des décennies aux mesures prophylactiques afin d’enrayer les épidémies.

Le père Matthias Young-yup Hur, porte-parole de l’Archidiocèse de Séoul et vice-président de la Commission diocésaine pour les communications, se réjouit : «  la réouverture de confessionnaux complètement équipés fait partie de nos efforts pour fournir l’assistance pastorale aux fidèles  ».

Pour le diocèse de Séoul, ce minutieux souci de mise aux normes – qui peut paraître contraignant vu de l’Occident – a une portée essentielle, car le fait « d’assurer la continuité de la vie spirituelle, d’alimenter la foi par les sacrements, constitue le moyen principal afin de surmonter, avec la grâce de Dieu, les difficultés et les épreuves de l’existence », assure le père Young-yup.