Synode allemand : le blitzkrieg du cardinal

23 Septembre, 2020
Provenance: fsspx.news

Dans son dernier livre-entretien paru au mois de septembre 2020 aux éditions Fe-Medienverlag, le cardinal Ludwig Müller dénonce la « perte de la foi » du chemin synodal entrepris par l’Eglise d’Allemagne depuis plusieurs mois.

Le titre du livre annonce la couleur : Wahrheit. Die DNA der KircheLa Vérité. L’ADN de l’Eglise. Martin Lohmann, le journaliste à l’origine de l’entretien, en précise le sujet : « Au cours des derniers mois, certaines personnes ont cru devoir chercher et trouver l’ADN de l’Eglise ailleurs. »

L’ancien préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi ne mâche pas ses mots lorsqu’il aborde les dérives du processus synodal allemand. « Que manifestent les conférences régionales du chemin synodal ? Des vœux pieux, une hérésie ouverte, des prétentions irréalistes. »

Pour le cardinal Müller, la faillite actuelle du synode allemand repose sur le fait que les évêques d’Allemagne voient l’Eglise comme une « organisation purement humaine avec des buts purement mondains ». Dans cette perspective, « je vois difficilement comment le chemin synodal qui se déploie en Allemagne pourrait prétendre être inspiré par le Saint-Esprit », explique le haut prélat.

Selon l’homme que Benoît XVI a choisi pour éditer ses œuvres, le processus de réforme basé sur le dialogue outre-Rhin vise, ni plus ni moins, à « une sécularisation supplémentaire de l’Eglise. L’accent est surtout mis sur des sujets qui sont censés le plus séduire l’opinion publique occidentale », note-t-il.

L’effet de cette fuite en avant, le cardinal la décrit sans fard : « la perte de la foi droite, car si l’Eglise est une organisation purement humaine, la juste compréhension des offices et des sacrements disparaît ».

Et le cardinal Müller de conclure : « La foi chrétienne et l’Eglise ne peuvent être changées par aucun être humain. »