Synode en Pologne : un rapport révélateur

01 Septembre, 2022
Provenance: fsspx.news
Présentation de la synthèse synodale polonaise par les évêques

Les catholiques polonais souhaitent que l’Eglise fasse des changements dans son mode de fonctionnement, mais pas dans sa structure, ni en matière de doctrine. C’est ce qui ressort de l’enquête réalisée en vue du Synode sur la synodalité, qui ne semble pas passionner les foules sur les bords de la Vistule.

Le document de vingt-trois pages a été dévoilé le 25 août 2022 lors d’une conférence de presse donnée à Jasna Gora (Pologne), lieu qui abrite l’icône vénérée de la Vierge noire, par Mgr Stanislaw Gadecki, archevêque de Poznan.

« Le synode a fait ressortir l’attente d’un changement dans l’Eglise en ce qui concerne son mode de fonctionnement, mais non dans la doctrine ou la structure même de l’Eglise », a résumé le prélat polonais.

Et l’archevêque de préciser que le rapport synodal avait mis en évidence plusieurs attentes pastorales : « Le besoin de catéchisme pour les adultes, le développement d’une pastorale qui réponde aux besoins authentiques des fidèles, le renforcement – voire la refonte – de la pastorale des enfants, des jeunes, des familles et des personnes âgées qui représentent un potentiel inexploité dans la vie paroissiale. »

Des demandes « en grande partie liées aux besoins spirituels des fidèles », explique Mgr Gadecki, qui a tenu à ajouter néanmoins que le Synode ne « suscite pas un intérêt massif » sur les bords de la Vistule, comme ailleurs…

En effet, seuls 100 000 fidèles polonais – essentiellement des laïcs engagés selon le rapport – ont pris soin de répondre au questionnaire envoyé dans chaque paroisse, sur les 32,5 millions de catholiques que compte le pays, soit un taux de participation inférieur à 1%.

Un chiffre qui doit être également mis en regard avec l’étude intitulée « L’Eglise en Pologne », parue en 2021 : sur les 91,9% de Polonais qui se déclarent catholiques, 36,9% reconnaissent pratiquer leur religion en se rendant à la messe dominicale.

Une étude mettant en évidence que la pratique religieuse des jeunes a diminué de moitié en près de trente ans, et que leur fidélité à l’enseignement moral de l’Eglise tend à s’émousser : seuls 20% des jeunes considéreraient aujourd’hui le concubinage comme un désordre.

La Pologne est certes encore loin du niveau de délabrement spirituel observé dans les pays de l’Europe de l’Ouest, mais le mouvement de sécularisation y avance de façon inexorable.

Le Synode sur la synodalité doit quant à lui rentrer dans sa phase « continentale » : ainsi, en février et mars 2023, évêques, prêtres et religieux se réuniront sur chaque continent pour étudier un document de travail qui doit être rédigé d’ici la fin de l’année.