Un anniversaire réussi : les 50 ans du Courrier de Rome

18 Janvier, 2017
Provenance: fsspx.news

A Paris, les 14 et 15 janvier 2017, ont été célébrés les 50 ans de la revue Courrier de Rome, sous la présidence de Mgr Bernard Fellay, Supérieur général de la Fraternité Saint-Pie X.  

Le samedi 14, la crypte de Notre-Dame de Consolation a accueilli le XIIIe Congrès Théologique qui rendait hommage aux Pionniers de la Tradition. Cent cinquante participants sont venus écouter l’abbé Emmanuel du Chalard, directeur de la revue, retracer les grandes lignes d’un demi-siècle au service de l’Eglise.

Puis Jacques-Régis du Cray, agrégé d’histoire, évoqua quelques-uns des prêtres qui furent au début du combat de la Tradition : l’abbé Emmanuel des Graviers, l’abbé Louis Coache…, soulignant que sans eux l’apostolat de la Fraternité Saint-Pie X ne pourrait exister aujourd’hui.

L’abbé Grégoire Celier, chapelain de Notre-Dame de Consolation, montra comment l’abbé Raymond Dulac, canoniste et collaborateur du Courrier de Rome, affirma – dès le début de l’instauration de la nouvelle messe – le droit imprescriptible de la messe traditionnelle.

Le Pr Roberto de Mattei, historien du concile Vatican II, fit voir ce que les Pères conciliaires conservateurs du Cœtus Internationalis Patrum devaient à l’Ecole romaine de théologie où s’illustrèrent, entre autres, des ecclésiastiques français comme le cardinal Louis Billot s.j., le P. Henri Le Floch c.s.s.p., le P. Joseph Le Rohellec c.s.s.p., le P. Thomas Pègue o.p., le P. Réginald Garrigou-Lagrange o.p.  

Dans l’après-midi, l’abbé Jean-Michel Gleize, professeur d’ecclésiologie au séminaire d’Ecône et collaborateur régulier du Courrier de Rome, démontra que le travail théologique contre les erreurs contemporaines se situait dans la ligne doctrinale de l’Ecole romaine de théologie.

Puis l’abbé Alain Lorans évoqua les figures de quelques laïcs qui collaborèrent au Courrier de Rome, en particulier Marcel De Corte et Louis Salleron, signalant la pertinence toujours actuelle de leurs analyses publiées dans les années 70.

Mgr Fellay conclut cette journée d’étude, en insistant sur le fait que le combat doctrinal demeurait toujours le même 50 ans après, contre l’anthropocentrisme et le subjectivisme introduits lors du dernier concile. Mais il tint à faire observer que, face à certains excès, une critique très indirecte se faisait jour depuis quelques années : l’idée d’un « para-concile » ou d’un « concile des médias » s’interposant face au « vrai concile », tout comme l’affirmation selon laquelle l’adhésion aux documents conciliaires sur l’œcuménisme ou la liberté religieuse ne constituerait pas un critère de catholicité… Mais il est difficile de savoir aujourd’hui ce que représentent exactement ces critiques qui sont loin d’être majoritaires dans l’Eglise.  

Le lendemain dimanche, Mgr Fellay célébrait une messe pontificale à 10h30, en l’église Saint-Nicolas du Chardonnet. Dans son sermon, il établit un lien entre l’évangile du jour – le miracle de Cana – et le combat doctrinal mené par le Courrier de Rome depuis 50 ans pour la défense de la vérité, en rappelant que c’est à l’occasion d’un mariage que Jésus-Christ fit son premier miracle, mariage dont l’indissolubilité est aujourd’hui mise à mal par l’exhortation post-synodale Amoris lætitia, au point d’obliger des cardinaux à s’opposer publiquement au trouble très grave qu’elle sème dans les âmes. Mais, rappela le Supérieur général de la Fraternité, tout est entre les mains de la divine Providence, y compris cette crise sans précédent.

Notre confiance en cette Providence, accompagnée de notre fidélité au devoir d’état, notre prière et nos pénitences sont les moyens de conserver, dans la confusion présente, la lumière et la force surnaturelles.    Les Actes du XIIIe congrès du Courrier de Rome seront publiés dans le courant de l’année.

Les Actes des précédents congrès sont disponibles auprès du Courrier de Rome – B.P. 10156 – F-78001 Versailles Cedex – Télécopie : 00 33 (0)1 49 62 85 91 Site : http://www.courrierderome.org – Courriel : [email protected] – Abonnement annuel à la revue en France : 30 €, à l’Etranger : 40 €