Un couple homosexuel “prêche” dans une paroisse de Chicago

23 Juin, 2022
Provenance: fsspx.news
Old St. Patrick's Church à Chicago

Le curé d’une paroisse de Chicago a autorisé un couple de même sexe à proposer une « réflexion » à la place de l’homélie lors de la messe dominicale du 19 juin dernier.

La paroisse Old St. Patrick’s est une paroisse importante de la région ouest de Chicago. Le prêtre desservant, le P. Joe Roccasalva, a présenté les deux hommes immédiatement après avoir lu l’Evangile, et il a annoncé qu’ils devaient donner une « réflexion sur l’Evangile » pour la fête des pères.

Une « prédication » opposée à la foi catholique

Une fois au pupitre, les deux hommes, qui se décrivent comme membres de la paroisse depuis une décennie, ont décrit leur mariage homosexuel comme une « bénédiction » et l’adoption de leurs deux enfants comme des « miracles ».

« Soyons honnêtes, il n’y a probablement pas beaucoup de papas gays qui prennent la parole à l’occasion de la fête des pères dans de nombreuses églises catholiques de la planète aujourd’hui », a déclaré l’un des hommes.

Ensuite, l’un d’eux a expliqué : « Nous voulions élever nos enfants dans l’Eglise catholique. Mais d’un autre côté, nous ne voulions pas les exposer à la bigoterie et qu’ils ressentent une quelconque honte ou intolérance à l’égard de leur famille. » – Autrement dit les élever dans le respect du péché.

Les hommes ont encore décrit comme un « miracle » le fait qu’ils aient trouvé une communauté s’affirmant comme LGBT à la paroisse Old St. Patrick, communauté qui se décrit comme « radicalement inclusive », car ils ont dit avoir fait l’expérience du rejet et du manque d’accueil dans d’autres paroisses catholiques.

Une forfaiture qui mérite une sanction exemplaire

En agissant de cette manière, le desservant a violé non seulement le droit canon, mais il a fait et laissé faire la promotion d’un état condamné par l’Eglise.

Il est clairement enseigné par la doctrine catholique d’une part que les actes homosexuels sont de graves péchés. Et d’autre part que les unions homosexuelles, même reconnues par les Etats, ne peuvent aucunement être approuvées par l’Eglise. Au contraire, celle-ci fait une obligation de combattre leur établissement par la loi.

De plus, l’adoption dans ces unions contre-nature, est une abomination qui met des enfants sous l’influence d’un enseignement et d’exemples des plus pernicieux. Abomination que le curé a laissé être qualifiée devant ses fidèles de « miracle ».

Il faut ajouter qu’il est interdit aux laïcs de prononcer l’homélie : c’est sans doute pour cette raison que le desservant a parlé de « réflexion sur l’Evangile ». Mais cela ne trompe personne : le moment même choisi pour cette réflexion est celui qui est réservé à l’homélie au cours de la messe.

Enfin, il n’est peut-être pas inutile de rappeler qu’en mars 2021, la Congrégation pour la doctrine de la foi a tenu à dire que l’Eglise catholique n’a pas le pouvoir de donner des bénédictions liturgiques aux unions homosexuelles, car celles-ci s’opposent au plan de Dieu.

Et maintenant, que va faire l’archevêque de Chicago, le cardinal Blaise Cupich ? Quelles mesures va-t-il prendre contre le prêtre coupable ? Que va-t-il faire pour rétablir la vérité dans l’esprit troublé des fidèles ?

Gageons qu’un évêque capable de présider une cérémonie païenne chinoise, en mitre et en chape, et en utilisant une formule étrangère au rituel pour bénir – ce qui est strictement interdit autant pour un évêque que pour un prêtre – ne fera hélas ! rien, ce qui revient à une complicité.