Un missionnaire chrétien infiltré en rabbin à Jérusalem ?

30 Avril, 2021
Provenance: fsspx.news

C’est ce dont est accusé un personnage, dont le nom n’a pas été révélé, qui s’en défend pourtant.

Le quartier de la Colline française – Giva Hatsarfatit en hébreu – a été complètement retourné par l’annonce faite dimanche dernier : un membre de cette communauté ultra-orthodoxe, prétendument prêtre juif – cohen – et mohel – pratiquant les circoncisions rituelles – a été accusé d’être un missionnaire sous couverture.

Le prétendu prêtre est originaire du New Jersey, et a profité de la loi de l’alya, qui permet à tout juif d’émigrer en Israël. Les candidats au départ reçoivent aujourd’hui, en plus de leur billet d’avion, une allocation de 3000 euros à leur arrivée, ainsi que des cours d’hébreu pendant cinq mois et une préparation longue dans le pays de départ.

Il a été démasqué par l’association Beynenu, organisation qui surveille les activités des missionnaires en Israël. L’enquête durerait depuis des années.

Beynenu a découvert des images d’une télévision américaine où le suspect parle de Jésus comme étant le Messie. L’homme a protesté devant les caméras d’une chaîne israélienne, qu’il n’était pas un chrétien infiltré, mais il a reconnu avoir travaillé comme missionnaire – protestant – il y a quelques années, mais s’en être repenti.

Devant ces révélations, les membres de la communauté ultra-orthodoxe ont fait part de leur émoi, soulignant que la famille était impliquée dans la communauté, et que celle-ci avait créé un fonds pour leur venir en aide après le décès de la mère.

Il a précisé : « Pendant cinq ans, nous avons subvenu à leurs besoins, payé leurs courses, leur transport scolaire, tout et ils nous ont trompés ».

« La famille avait l’air complètement ultra-orthodoxe, il avait une longue barbe et chapeau, les garçons avaient des papillotes, les filles fréquentaient les écoles Beth Yaakov », a raconté l’un de ses voisins.

Il faut rappeler qu’Israël bénéficie d’un soutien important de la part des mouvements évangéliques chrétiens des Etats-Unis, mais garde un œil sur le travail missionnaire en Terre Sainte.

Si la loi israélienne n’interdit expressément que le don d’argent ou de cadeaux pour encourager les conversions à une autre religion, les activités missionnaires, en général, sont étroitement surveillées par les autorités et sont considérées comme offensantes aux yeux de nombreux Israéliens.

Enfin, la loi interdit également « toute activité missionnaire ou prosélyte visant des mineurs sans l’autorisation de leurs parents ».