Une religieuse prêche l’homélie à l’abbaye d’Einsielden

03 Août, 2021
Provenance: FSSPX Spirituality
L’abbaye d’Einsielden dans le canton de Schwytz

Pour la première fois dans l’histoire de l’abbaye d’Einsiedeln, une femme a prêché lors d’une messe. Irene Gassmann, prieure du couvent de Fahr, a participé ainsi à la démarche nationale « Helvetia prêche ».

Une campagne œcuménique intitulée « Helvetia prêche » a incité les femmes engagées dans des Eglises de Suisse – catholique ou protestante – à prêcher le dimanche 1er août 2021. Cette incitation a été suivie dans plusieurs endroits du pays.

Sœur Irene Gassmann, prieure du couvent de Fahr, a demandé à Mgr Urban Federer, le Père abbé d’Einsielden – la plus ancienne abbaye de Suisse – de pouvoir prêcher l’homélie du 1er août dans la célèbre abbatiale.

La demande a été acceptée. C’est ainsi que cette religieuse a donné l’homélie à la messe du dimanche 1er août 2021, date qui est également celle de la Fête nationale suisse.

Une initiative prohibée même par le nouveau droit canon

La prédication a de tout temps été réservée aux clercs ayant reçu au moins le diaconat : autrement dit aux évêques, aux prêtres et aux diacres (c. 1342, § 1 du Code de 1917).

Quoique les clercs de rang inférieur puissent exceptionnellement être admis à la prédication (idem), les laïques, même religieux ne sont jamais admis à prêcher dans les églises (c. 1342, § 2 du Code de 1917).

Le nouveau Code admet, contre toute la Tradition, que « les laïcs peuvent être admis à prêcher dans une église ou un oratoire si le besoin le requiert en certaines circonstances (…) restant sauf le c. 767, § 1) » (c. 766 du Code de 1983).

Or, le c. 767, § 1 prescrit : « L’homélie, qui fait partie de la liturgie elle-même [et] est réservée au prêtre ou au diacre (…) ».

Ainsi, cette prédication est une violation caractérisée du droit canon, et, à travers lui, un mépris de toute la Tradition de l’Eglise.

Ce genre d’initiative ne pourra rien changer au droit divin, codifié dans le droit de l’Eglise : celui qui a le pouvoir de prêcher dans un diocèse est l’évêque, ainsi que ses délégués ayant reçu au moins le diaconat.

Ce genre d’initiative pourra sans doute mettre une certaine pagaille, mais elle ne pourra en aucun cas remettre en question le droit divin révélé par Jésus-Christ.