Vatican : Mgr Pozzo parle des entretiens théologiques

25 Juin, 2011
guido_pozzo_2A la fin d’un entretien accordé au site internet Nouvelles de France, le 8 juin 2011, Mgr Guido Pozzo, secrétaire de la Commission pontificale Ecclesia Dei, répond à trois questions du journaliste Pierre de Bellerive sur les entretiens entre les théologiens romains et ceux de la Fraternité Saint-Pie X. NDF : Le contenu des discussions qui ont lieu entre Rome et la Fraternité Saint-Pie X est secret, mais sur quels points portent-elles et de quelle manière se déroulent-elles ? Mgr Pozzo : Le nœud essentiel est de caractère doctrinal. Pour parvenir à une vraie réconciliation, il faut dépasser certains problèmes doctrinaux qui sont à la base de la fracture actuelle. Dans les colloques en cours, il y a confrontation d’arguments entre les experts choisis par la Fraternité Saint-Pie X et les experts choisis par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi. A la fin, on rédige des synthèses conclusives qui résument les positions exprimées par les deux parties. Les thèmes discutés sont connus : le primat et la collégialité épiscopale ; le rapport entre l’Eglise catholique et les confessions chrétiennes non catholiques ; la liberté religieuse ; le Missel de Paul VI. Au terme des colloques, on soumettra les résultats des discussions aux instances autorisées respectives pour une évaluation d’ensemble. NDF : Il ne semble pas concevable qu’il puisse y avoir une remise en cause du Concile Vatican II. Alors sur quoi peuvent porter ces discussions ? Sur une meilleure compréhension de celui-ci ? Mgr Pozzo : Il s’agit de la clarification de points venant préciser la signification exacte de l’enseignement du Concile. C’est ce que le Saint-Père a commencé à faire le 22 décembre 2005 en comprenant le Concile dans une herméneutique du renouvellement dans la continuité. Toutefois, il y a certaines objections de la Fraternité Saint-Pie X qui ont du sens, car il y a eu une interprétation de rupture. L’objectif est de montrer qu’il faut interpréter le Concile dans la continuité de la Tradition de l’Eglise. NDF : Le Cardinal Ratzinger était chargé de ces discussions il y a près de 20 ans. Suit-il toujours l’évolution de celles-ci maintenant qu’il est Pape ? Mgr Pozzo : Il y a d’abord le rôle du secrétaire qui est d’organiser et de veiller au bon déroulement des discussions. L’évaluation de celles-ci revient au Saint-Père qui suit les discussions, avec le Cardinal Levada, en est informé, et donne son avis. Il en va de même d’ailleurs sur tous les points que peut traiter la Congrégation. On relèvera dans les réponses de Mgr Pozzo que les résultats de ces entretiens théologiques doivent être soumis « aux instances autorisées respectives pour une évaluation d’ensemble » (Benoît XVI et Mgr Fellay, ndlr) et que « certaines objections de la Fraternité Saint-Pie X » contre le Concile Vatican II ne sont pas insensées. Le 17 juin, le journaliste du Figaro Jean-Marie Guénois écrit sur son Religio blog : « A Rome comme à Ecône c'est le silence radio. Il n'est pas question de commenter l'état des discussions doctrinales entre le Saint-Siège et la Fraternité Saint-Pie X, les disciples de Mgr Lefebvre. Mais ces discussions sont terminées. « Cette discrétion est voulue, des deux côtés, pour ne pas faire pression sur l'issue des conversations très délicates qui ont réuni, depuis octobre 2009 et selon la volonté du pape, une commission de théologiens des deux horizons pour dresser un inventaire méticuleux et argumenté des points d'accord et des questions en litige, essentiellement à propos du Concile Vatican II. « Mais cette "phase" de travail, selon plusieurs sources autorisées et concordantes, est considérée comme accomplie. "Les contacts continuent. Nous arrivons probablement à la fin d'une phase de discussions" avait d'ailleurs laissé entendre, le 1er juin dernier, à Libreville (Gabon), Mgr Bernard Fellay, supérieur de la Fraternité Saint-Pie X. » (voir DICI n°236 du 11/06/11). Et d’ajouter : « (…) les techniciens théologiens ont simplement formulé – en se parlant directement autour d'une table, ce qui était nouveau, et avec une précision inégalée – l'état des lieux. Mais cette cartographie théologique, en soi, ne résout rien. (…) Des deux côtés, on reconnaît en effet, que malgré cet éclaircissement où chacun sait sur quoi et pourquoi il s'oppose, "rien n'est encore clair" pour la suite. (…) En tout état de cause, la balle remonte aux deux décideurs – et non aux commentateurs – en l'occurrence et sur ce dossier, Benoît XVI et Mgr Fellay. » A l’occasion du sermon qu’il a prononcé lors des ordinations sacerdotales au séminaire de Winona (Etats-Unis), le 17 juin, Mgr Bernard Fellay a indiqué dans quel contexte précis il convenait d’envisager l’état actuel des rapports entre Rome et la Fraternité Saint-Pie X – Lire dans nos Documents les éclaircissements de Mgr Fellay, à Winona. (Sources : NDF/Religioblog/FSSPX-MG – DICI n° 237 du 25/06/11) Lire également : Sermon de Mgr Bernard Fellay lors des ordinations du 17 juin 2011 au Séminaire Saint-Thomas d’Aquin, à Winona (Etats-Unis) Les conversations romaines : Quelques perspectives Allemagne : L’abbé Schmidberger parle des entretiens avec Rome Vatican : La 2ème rencontre théologique entre les experts romains et la Fraternité Saint-Pie X a eu lieu le 18 janvier Un jugement de Mgr de Galarreta sur les entretiens doctrinaux Ouverture des discussions doctrinales entre Rome et la Fraternité Saint-Pie X Rome : Les discussions doctrinales avec la Fraternité Saint-Pie X vues d’Autriche, d’Allemagne et de France Les entretiens doctrinaux entre la Fraternité Saint-Pie X et le Saint Siège Les étapes du dialogue entre Rome et la Fraternité Saint Pie X