Visite ad limina des évêques français : “basta” à la messe tridentine

13 Septembre, 2021
Provenance: fsspx.news

Les évêques français accomplissent actuellement leur visite ad limina, abréviation d’ad limina apostolorum qui signifie « au seuil [des basiliques] des apôtres ». Ce terme désigne la visite que tout évêque doit faire périodiquement au Saint-Siège. Les évêques européens font ce pèlerinage tous les 5 ans.

La visite ad limina est un pèlerinage aux tombeaux des apôtres saint Pierre et saint Paul. Mais elle a été instituée pour renforcer les liens avec le Saint-Siège. Au cours de la visite ad limina, les évêques rencontrent le Pape et les responsables des dicastères et congrégations de la Curie romaine.

C’est ainsi que le pape François a reçu une première délégation d'évêques français, en visite ad limina, le vendredi 10 septembre 2021. Comme le rapporte le magazine en ligne Famille chrétienne, dans son édition du même jour, ils ont échangé pendant plus de deux heures « sur la politique, le motu proprio Traditions Custodes ou encore le synode sur la synodalité ».

Interrogés par les médias, certains prélats rapportent que « les évêques ont été encouragés par le pontife à une authentique “proximité pastorale avec les hommes et les femmes engagés en politique”. »

Le magazine ajoute que le Pape les a exhorté de ne pas s’engager pour un courant ou de tirer un quelconque profit mais de rappeler les grands principes de l’Eglise, en premier lieu celui de la dignité de la personne humaine à chaque étape de la vie.

Quant au motu proprio Traditionis custodes, le pape, rapporte Famille chrétienne citant des évêques, « a insisté sur le fait qu’il ne faut pas que la célébration de l’ancien rite soit un prétexte pour refuser Vatican II ».

Il a enfin insisté : « Il faut mettre une limite et basta », afin qu’un attrait liturgique ne soit pas la couverture d’une posture idéologique. En parallèle, le successeur de Pierre les a incités à adopter une « attitude paternelle » envers les fidèles.

Basta. Que l’on peut traduire par « Assez ! ». Selon le Centre national de ressources textuelles et lexicales (CNRTL), le mot est employé pour exprimer l’indifférence, la résignation, l’impatience ou la déception. Une autre traduction proposée est : « Il suffit ».

Le pape François peut inviter à une « attitude paternelle », mais lorsque l’on dit à son enfant : Basta !, il semble difficile de faire croire à un langage affectueux. C’est plutôt une invitation à quitter la maison qu’autre chose.

Les évêques français n’ont d’ailleurs pas attendu l’invitation explicite de François pour interpréter son motu proprio. Que l’on se réfère à l’action de Mgr Roland Minnerath, évêque de Dijon, chassant une communauté Ecclesia Dei, avant même la parution du texte, mais en prévision de celui-ci. Ou à celle de Mgr Michel Aupetit qui en fait une application des plus strictes dans l’archidiocèse de Paris.

L’impatience de François confirme sa vindicte contre la messe traditionnelle, ainsi que son impuissance devant la progression de la critique du concile Vatican II, qui ne peut plus être arrêtée. Cette attitude est navrante et annonce une fin de règne pénible et pathétique.