Voyage du pape au Liban : une « hypothèse » reportée

17 Mai, 2022
Provenance: fsspx.news

Le souverain pontife – âgé de 85 ans – ne se rendra pas au Liban au mois de juin prochain, comme le chef de l’Etat libanais l’avait laissé entendre. Pour l’heure, les autres déplacements pontificaux, en République démocratique du Congo et au Soudan du Sud, prévus en juillet, sont maintenus.

« Le Liban a reçu une lettre du Vatican l’informant officiellement de la décision de reporter la visite du pape prévue dans le pays », a déclaré le ministre du tourisme, dans un communiqué publié le 9 mai 2022.

Et Walid Nassar d’évoquer des « raisons de santé » afin de justifier du report d’un voyage qui devait se tenir les 12 et 13 juin prochains. Une précision qui a dû faire grincer les dents, oltretevere.

Au début du mois d’avril, un projet d’une visite papale au Liban avait été révélé par un tweet intempestif du chef de l’Etat libanais, en pleine campagne pour les élections législatives du mois de mai 2022 : souhaitant probablement éviter toute instrumentalisation politique, la salle de presse du Saint-Siège se contentait d’évoquer de son côté « une hypothèse à l’étude », sans lui donner un quelconque caractère officiel.

Le Vatican, dans la foulée du communiqué du ministre libanais du tourisme, confirme que le « projet ne s’est pas concrétisé », se gardant bien toutefois d’invoquer d’éventuelles raisons de santé du côté du successeur de Pierre.

Côté libanais, en insistant sur l’état de santé du pontife romain, on cherche surtout à minimiser le couac diplomatique, et à ne pas donner à cette annulation un caractère politique, à quelques jours d’un scrutin important pour le pays.

Bien sûr, la fatigue actuelle du chef de l’Eglise ne fait aucun doute : âgé de 85 ans, le pape, qui souffre de douleurs au genou, a été vu pour la première fois en fauteuil roulant en public au début du mois de mai. Le souverain pontife souffre aussi de douleurs à la hanche qui le font boiter, et a subi en juillet 2021 une délicate opération au colon.

Quoi qu’il en soit des motifs réels de ce changement d’agenda pontifical, en plusieurs occasions déjà, François a exprimé son désir de visiter le Liban.

Un an après la terrible explosion de Beyrouth, en août 2020, lors de l’audience générale, le pape avait adressé ses pensées à tout le pays et en particulier aux victimes, à leurs familles et à ceux qui ont perdu leur maison et leur travail : « mon désir de vous rendre visite est grand et je ne me lasse pas de prier pour vous afin que le Liban redevienne un message de fraternité et de paix pour tout le Moyen-Orient », avait-il déclaré.

De plus, à son retour d’Irak, lors de la conférence de presse dans l’avion avec les journalistes, le 8 mars 2021, François avait révélé qu’il avait promis, dans une lettre au cardinal Bechara Raï, patriarche des chrétiens maronites, qu’il se rendrait au Liban.