Benoît XVI se rendra en Grande-Bretagne

Source: FSSPX Actualités

John Henry Newman (1801-1890), grande figure de la fidélité britannique à Rome.

Une trentaine d´évêques d´Angleterre et du Pays de Galles étaient le mois dernier en visite Ad Limina. Au cours de l’audience traditionnelle, Benoît XVI leur a demandé d´ « assurer un accueil chaleureux et sincère » aux anglicans souhaitant entrer dans l´Eglise catholique.

Evoquant l´importance croissante du dialogue œcuménique et interreligieux au sein d´une population très variée comme celle de la Grande-Bretagne, le pape a particulièrement exhorté les prélats à « appliquer avec générosité les dispositions de la Constitution apostolique Anglicanorum Coetibus », publiée en novembre 2009. « Je suis persuadé, a-t-il poursuivi, que ces groupes seront une bénédiction pour l´Eglise tout entière ».

A cette occasion, Benoît XVI a évoqué pour la première fois la visite qu´il effectuera en Angleterre et en Ecosse, son 17e voyage apostolique prévu du 16 au 19 septembre 2010. Au cours « des prochains mois de préparation », les évêques devront « encourager les catholiques d´Angleterre et du Pays de Galles dans leur dévotion », a demandé le souverain pontife qui s´est réjoui des « nombreux signes de foi vivante et de dévotion » parmi les catholiques anglais.

Dans son allocution en anglais, rappelant que le Royaume-Uni « est connu pour son attention à l'égalité et à l'égalité des chances », le Saint-Père a noté que « le résultat de certaines des lois garantissant ces droits peuvent aussi conduire à d'injustes limitations de la liberté religieuse ». Aussi a-t-il exhorté les évêques à « s´assurer que l´enseignement de la morale de l´Eglise soit toujours présenté dans son intégrité et défendu avec fermeté. La fidélité à l'Evangile ne limite aucunement la liberté.

Au contraire, elle la sert en offrant la vérité. » Il a demandé aux évêques de continuer à insister sur leur droit à participer au débat national dans un dialogue respectueux avec les autres éléments de la société. Le souverain pontife a souligné les effets négatifs de certaines dispositions de la nouvelle législation sur l´égalité, l´Equality Bill. Sous certains aspects, « elle viole la loi naturelle sur laquelle est fondée l´égalité de tous les êtres humains et par laquelle elle est garantie ».

Le pape faisait allusion à la crainte de l’Eglise catholique en Angleterre que la « loi sur l´égalité » puisse la contraindre à embaucher des homosexuels ou des transsexuels parmi son personnel non clérical, comme les enseignants. Par ailleurs, Benoît XVI a mentionné la figure du cardinal anglais John Henry Newman (1801-1890), qu´il pourrait béatifier lors de son voyage en Grande-Bretagne. « La vérité révélée par l'Ecriture et la Tradition, exprimée par le Magistère, nous rend libres.

Le cardinal Newman en était conscient, lui qui fut un exemple extraordinaire de fidélité à la vérité et suivit la bienheureuse lumière partout où elle le porta, même lorsqu'il lui en coûta beaucoup ». Le pape a soutenu que l´Eglise actuelle avait besoin de grands écrivains et de grands communicateurs de la « stature et de l´intégrité » de cet anglican converti au catholicisme. Evoquant alors l'Année sacerdotale, le Saint-Père a recommandé aux évêques britanniques de donner aux prêtres l'exemple de la prière et du soin pastoral, ainsi que le goût de la prédication, chers au cardinal Newman.

Proches d'eux, « faites-leur comprendre l'immense privilège et la grande joie qu'il y a à être un Alter Christus au sein du peuple de Dieu ». Les propos du pape au sujet de la « loi sur l’égalité » ont suscité de fortes critiques de la part des médias et de groupes militants pour le laïcisme ou la cause homosexuelle. Naomi Phillips, de l´Association Humaniste Britannique, a déclaré que « cette dernière attaque contre les valeurs modernes, libérales, est encore une raison pour laquelle nous nous opposerons à la visite du pape au Royaume-Uni ».

Mgr Vincent Nichols, président de la Conférence épiscopale d´Angleterre et du Pays de Galles, s´est félicité le soir du 1er février 2010, que Benoît XVI ait confirmé officiellement sa venue en Grande-Bretagne ; et il a précisé que l´archevêque anglican de Canterbury, Rowan Williams, participait lui aussi à la préparation de cette visite. La venue du Saint-Père en Grande-Bretagne constitue « un bon exercice de collaboration et de partenariat entre le gouvernement, l´Eglise catholique et l´Eglise anglicane », a déclaré Mgr Nichols. Une rencontre entre le pape et le chef de la Confession anglicane est prévue, mais le lieu en est encore indéterminé.