En direct des Philippines (6) : Chez les aborigènes à Zambales

Source: FSSPX Actualités

Un groupe de volontaires, mené par l'abbé Castel et le docteur Kim de Corée du Sud, a rendu visite à une tribu aborigène à Zambales, près de Subic Bay, dans la partie nord de l'archipel des Philippines.

Après nous être levés aux aurores, avoir roulé pendant plus de six heures et grimpé une colline, nous atteignons enfin la mission.

Nous avons apporté avec nous de nombreux médicaments et, après une collation offerte par la fondation en charge de la mission, nous commençons les soins médicaux. Notre docteur, un pédiatre, s'occupe des enfants. Sœur Eva, qui est aussi docteur, nous reçoit à la mission et traite les adultes. Les aborigènes, des pygmées, sont très petits. Le plus grand à s'être présenté au médecin mesurait 1,70 m. Les jeunes filles sont souvent mariées à l'âge de 14-15 ans, échangées pour un karabao (buffle philippin). La fondation, Our Lady of Peace (Notre Dame de la Paix), en charge de la mission essaie de changer cette coutume, en leur donnant une éducation. Elles doivent donc attendre d'avoir fini le collège pour être mariées. La fondation a aussi créé un programme de formation pour les mères de famille. La mortalité enfantine est, en effet, très élevée car elles ne savent pas s'occuper de leurs enfants.

Nous ne sommes pas habitués à voir des gens si petits. Pour nous, ils ressemblent à des enfants, même les adultes. Leurs enfants sont, eux, intrigués par ces étrangers si différents.

Cette mission a été fondée, il y a environ trente ans par sœur Eva pour secourir quelques tribus aborigènes vivants sur les flancs du volcan Pinatubo lors de son éruption. Il fut, en effet, nécessaire de les relocaliser car la cendre volcanique qui s'était répandue dans toute la région rendait impossible toute culture. Sa fondation les a aidés à trouver ce nouveau territoire, à 35 kilomètres du lac qu'est devenu l'ancien volcan. Elle les a aussi aidés à se structurer avec un conseil tribal élu tous les deux ans qui les représente auprès de la fondation et des autorités locales.

Au début, la fondation a surtout aidé sur le plan économique et politique, mais bientôt un travail missionnaire s'est aussi effectué. Avant la venue de ces missionnaires, les tribus adoraient "Opo" (Le Seigneur), en fait le volcan. Son éruption et sa destruction a ébranlé leurs croyances. Comment ce volcan détruit pourrait-il être dieu ? Petit à petit, ils en sont venus à demander le catéchisme et le baptême. Aujourd'hui, 80% d'entre eux sont baptisés et mariés. Ils ont, pour cela, renoncé à la polygamie, traditionnellement pratiquée chez eux. Bien qu'ils aient été évangélisés par une secte protestante (« Born again »), ils veulent être catholiques. Quand sœur Eva leur a demandé pourquoi, ils ont répondu : "Parce que vous êtes vivants et vous nous avez montré par votre dévouement que Dieu nous aime."

En direct des Philippines (1) : Mission Rosa Mystica
En direct des Philippines (2) : Visite au village des tentes
En direct des Philippines (3) : Après le typhon...
En direct des Philippines (4) : Sur l'île de Leyte
En direct des Philippines (5) : De retour à Sampaloc