Jérusalem : les chrétiens victimes des juifs radicaux

Source: FSSPX Actualités

Entrée de l’église dite du “Tombeau de la Vierge”

Deux Juifs israéliens ont attaqué une messe dominicale le 19 mars 2023, célébrée dans l’église dite du Tombeau de la Vierge, à Jérusalem-Est, un sanctuaire confié à la garde des Orthodoxes. Les actions violentes perpétrées par des groupes juifs radicaux à l’encontre des chrétiens ne cessent de se multiplier à l’approche des fêtes de Pâques.

« Il est désormais clair que la présence chrétienne en Terre sainte est en grand danger. » C’est par ces mots que le patriarcat orthodoxe de Jérusalem a réagi, le 19 mars dernier, à l’attaque perpétrée contre l’église du Tombeau de la Vierge, l’un des lieux saints chrétiens les plus importants de Jérusalem.

Situé dans Jérusalem-Est, au pied du mont des Oliviers, ce sanctuaire est considéré par les chrétiens orientaux comme le lieu de la Dormition de la Mère de Dieu ; il est placé sous la juridiction conjointe des orthodoxes arméniens et des Grecs-orthodoxes. L’attaque a eu lieu pendant la célébration de la messe du quatrième dimanche de Carême.

D’après le témoignage d’un commerçant présent sur place, l’agression aurait été commise par deux personnes, l’une portant une kippa, et l’autre « un pantalon avec des franges pendant sur les côtés », une référence claire au « tsitsit » porté par les juifs pieux. De son côté, la police ne mentionne qu’un seul agresseur et prétend qu’il n’y aurait pas eu de blessé.

Une version démentie par les témoins des faits et le patriarcat qui confirment que le célébrant, l’archevêque Joachim, a été blessé au visage, ainsi qu’un autre prêtre, par deux agresseurs l’un proférant des insultes, l’autre armé d’une barre de fer.

La police n’est arrivée sur les lieux qu’une demi-heure plus tard et n’a pu arrêter que l’un des deux assaillants.

« Les attaques des groupes israéliens radicaux visant des églises, des cimetières et des propriétés chrétiennes, en plus des agressions physiques et verbales contre le clergé chrétien, sont devenues quasi quotidiennes et leur intensité augmente de façon évidente à l’approche des fêtes chrétiennes », s’inquiète le patriarcat.

Dans leur communiqué, les autorités orthodoxes appellent la communauté internationale « à intervenir immédiatement pour assurer la sécurité et la protection des chrétiens de Jérusalem et soutenir le royaume hachémite [Jordanie] dont la fonction est de protéger les lieux saints, y compris l’église du Saint-Sépulcre, qui sont victimes de violations et d’attaques de la part d’organisations israéliennes radicales ».

La proximité des fêtes de Pâques fait en effet craindre le pire aux chrétiens de la Ville sainte.

On se rappelle qu’en janvier dernier, un cimetière protestant de Jérusalem – appartenant aux épiscopaliens – avait été profané, et au mois de février suivant, c’est une statue du Christ qui avait été vandalisée dans une chapelle appartenant aux religieux catholiques franciscains de la Vieille Ville. Dans tous les cas, les auteurs présumés appartenaient à la mouvance juive fondamentaliste.