Le Musée missionnaire restauré ouvre ses portes

Source: FSSPX Actualités

Au siège de la Congrégation pour l'évangélisation des peuples, le nouveau Musée missionnaire a été inauguré le 9 décembre 2010, après plusieurs années de restauration. Ce Dicastère du Saint-Siège a été fondé par le pape Grégoire XV dans le but de propager la foi dans les régions où l'annonce de l’Evangile n'était pas encore parvenue et de défendre le patrimoine chrétien sur les lieux où l'hérésie avait mis en discussion l'authenticité de la foi. Dans la pratique, la Propaganda Fide était la congrégation qui avait pour tâche d'organiser toute l'activité missionnaire de l'Eglise. Sur décision de Jean-Paul II, la Propaganda Fide s'appelle depuis 1988 "Congrégation pour l'Evangélisation des Peuples".

Le père Massimo Cenci, PIME, sous-secrétaire du dicastère, a souligné que le musée, installé dans le palais qui abrite depuis quatre siècles la congrégation, n'a pas qu'une valeur artistique. Il a été conçu et organisé en clef pastorale. Francesco Buranelli, coordinateur du Comité scientifique du musée, a retracé l'histoire de la congrégation créée le 22 juin 1622 par la bulle Inscrutabili Divinae Providentiae.

Il a ensuite présenté la chapelle de l'Adoration des Mages qui avait été bâtie sur un plan elliptique par le Bernin à la demande du cardinal Antonio Barberini. Les rois mages représentaient les rois des peuples païens qui, guidés par l'étoile, se convertissent au Christ. Ce thème était particulièrement indiqué pour la chapelle des étudiants de la congrégation, destinés à l'évangélisation lointaine. Démolie vers 1662, cette chapelle fut reconstruite par Francesco Borromini, sur ordre d'Innocent X.

La première salle du musée retrace les origines et l'histoire missionnaire de la Propaganda Fide ; on peut y lire le récit, en chinois, du martyre de saint Gabriel Perboyre (1802-1840), lazariste. Les visiteurs pourront également consulter les archives photographiques inédites de l'Agence Fides : 10.000 photographies prises à l'occasion des longs et périlleux voyages accomplis dans les terres de mission par les membres du Dicastère depuis le début du XXe siècle. Dans la salle Borgia sont exposés de précieux objets de la collection du cardinal Stefano Borgia (1731-1804), secrétaire puis Préfet de la Congrégation. La Bibliothèque Barberini, au splendide plafond totalement restauré, avec ses rayonnages monumentaux, présente sur la galerie située à mi-hauteur, les portraits de certains élèves illustres du Collège.

Le parcours s'achève par la chapelle dédiée au bienheureux John Henry Newman, aménagée dans une salle borrominienne, qui rappelle qu'après sa conversion au catholicisme il vécut et travailla dans ce palais où il célébra sa première messe. (Sources : VIS/vatican.va/imedia – DICI n° 227 du 18/12/10)