Mgr Gänswein devrait bientôt faire ses valises

Source: FSSPX Actualités

Selon des rumeurs persistantes dans la presse, le Saint-Siège vient de demander aux autorités du Costa Rica le placet nécessaire pour permettre à l’ancien secrétaire du pape Benoît XVI de devenir nonce au Costa Rica. Sauf rebondissement, un océan devrait séparer le prélat allemand de l’hôte de Sainte-Marthe, pour le plus grand soulagement de ce dernier.

« Je n’ai pas encore de poste, mais l’Eglise est vaste » déclarait, il y a quelques jours encore, un peu dépité l’ancien secrétaire particulier du défunt pape Benoît XVI. Mgr Georg Gänswein a profité de la messe célébrée le 19 mars 2023 en mémoire du pape bavarois pour échanger quelques mots avec la presse, dans l’attente de son sort.

Le prélat – qui est également l’exécuteur testamentaire de Benoît XVI – a donné quelques détails sur ses héritiers : « Je pensais au début qu’il avait deux héritiers dans sa famille, mais en fait, il y a cinq cousins qui sont concernés et qui doivent encore dire s’ils acceptent, oui ou non, l’héritage. »

Et l’ancien proche du pontife défunt de préciser que l’héritage « ne concerne pas les droits d’auteur » sur ses nombreux ouvrages, rappelant au passage qu’il a, conformément aux dernières volontés du pape émérite, « détruit sa correspondance privée, comme il le voulait », regrettant « ne pas avoir eu d’autre alternative en la matière ».

Selon lui, « il n’y a plus de livre inédit » écrit par Benoît XVI : le dernier texte publié est, et restera donc pour la postérité « Qu’est-ce que le christianisme », ouvrage posthume dans lequel Josef Ratzinger admet, entre autres, que « les thèses de Luther ont joué un rôle tacite » dans la réforme liturgique, « en sorte que certains cercles ont pu prétendre que le décret du Concile de Trente sur le sacrifice de la messe avait été tacitement aboli ».

Deux jours après cette prise de parole, on apprenait, par des informations non encore confirmées à cette heure, que le Saint-Siège aurait demandé aux autorités du Costa Rica leur placet pour la nomination de Mgr Gänswein comme nonce. Si la rumeur se confirme, le prélat devrait bientôt faire ses valises, et quitter officiellement ses fonctions de préfet de la Maison pontificale dont il avait été mis « en retrait » en 2020.

Dans les milieux romains, le Costa Rica est considéré comme une « nonciature de repos » – une réputation écornée, quelques mois durant, par une affaire d’abus d’un membre du clergé – facile à prendre en main pour quelqu’un qui n’est jamais passé par l’école des nonces, comme c’est le cas de l’ancien secrétaire de Benoît XVI.

Tombé depuis plusieurs années en disgrâce du côté de Sainte-Marthe, Mgr Georg Gänswein, dont l’attitude critique par rapport au pontificat actuel est publique, s’attend à partir pour une destination lointaine : ayant rang d’archevêque, la fonction de nonce constitue une porte de sortie sur mesure, étant donné que l’épiscopat allemand est absolument opposé à le voir revenir sur les terres de saint Boniface.

Depuis le rappel à Dieu du prédécesseur du pape François, « Mgr Georg » a quitté le monastère Mater Ecclesiae, où il résidait depuis la renonciation de Benoît XVI en 2013, pour un appartement de 300 mètres carrés, tout proche – ironie du sort – de la Maison Sainte-Marthe.

C’est de là que le prélat a lancé, en janvier dernier, la publication de son livre Nient’altro che la verita (Rien d’autre que la vérité), dans lequel il règle ses comptes avec l’actuel pontife romain, notamment en ce qui concerne la question liturgique où l’héritage de Benoît XVI a été littéralement détricoté.

Si sa nomination est officialisée, d’ici peu, ce ne seront plus quelques rues mais un océan qui séparera Mgr Gänswein des murailles léonines. Pour le soulagement de beaucoup, oltretevere