Nouvel attentat contre une église au Burkina Faso

Source: FSSPX Actualités

La cathédrale Notre-Dame de l’Immaculée Conception de Ouagadougou

Une nouvelle attaque en pleine messe dominicale a fait quatre morts dans une église du Burkina Faso, le 26 mai 2019. C’est la troisième attaque sanglante contre des catholiques, en moins d’un mois, dans le pays, confirmant l’internationalisation de la stratégie terroriste des groupes djihadistes. 

Selon une source militaire citée par Ouest France le 26 mai 2019, « des individus lourdement armés ont attaqué l'église du village au moment où les fidèles célébraient la messe du dimanche (…) L'attaque a eu lieu aux environs de 9 h ». 

Mgr Justin Kientega, évêque de Ouahigouya, diocèse sur le territoire duquel le massacre a eu lieu, a aussitôt publié un communiqué, relayé par le journal numérique lefaso.net : « la communauté chrétienne de Touflé dans la paroisse Notre-Dame-de-Joie de Titao, a été la cible d’une attaque terroriste, alors qu’elle était réunie pour la prière dominicale. L’attaque a causé la mort de quatre fidèles (…) Unissons nos prières pour le repos en Dieu des martyrs, pour un prompt rétablissement des blessés, pour la consolation des familles éplorées, pour la conversion des bourreaux et pour la paix dans notre pays, le Burkina Faso ». 

Au Sahel, l’action des djihadistes s’est redéployée depuis la chute du califat de l’organisation Etat islamique (EI), à Baghouz en mars 2019. Elle s’est étirée loin de ses bases du nord du Mali pour descendre vers le sud. 

Le conflit déborde désormais au Niger et plus encore au Burkina Faso, où les mouvements affiliés à Al-Qaida ou à l’organisation EI ont su instrumentaliser de vieilles rivalités intercommunautaires et des récriminations contre les élites et les Etats. 

Selon l’ONG Armed Conflict Location & Event Data Project, depuis un an, le nombre de morts liés à des attaques contre des civils - bien souvent des chrétiens - a augmenté de 7028 % au Burkina Faso.