Préparation de la Commission entre anglicans et catholiques

Source: FSSPX Actualités

Deux jours après la rencontre du 21 novembre 2009 entre Benoît XVI et Rowan Williams, archevêque de Canterbury et primat de la Confession anglicane (voir DICI n°206), un comité préparatoire s´est réuni pour mettre au point la troisième phase de travail de la Commission internationale entre anglicans et catholiques (Arcic), a rapporté le Bureau de presse du Saint-Siège le 28 novembre.

Il a été décidé que cette nouvelle phase débuterait au cours de l’année 2010, pour traiter des questions fondamentales concernant l'Eglise - l'Eglise locale et l'Eglise universelle - entendue comme communion, et la manière dont l'Eglise, locale et universelle, peut discerner, dans la communion, le juste enseignement moral. Les noms des membres de la commission et la date de la première rencontre seront annoncés dans les prochains mois.

La Commission internationale entre anglicans et catholiques est une instance de dialogue œcuménique établie en 1967 par l´ancien archevêque de Canterbury Michael Ramsey et Paul VI (1963-1978) dans le but d´adopter des positions communes dans les débats sociaux et éthiques. Après la signature du traité de Malte, en 1970, cette commission a travaillé dans une première phase, jusqu´en 1981, sur l’Eucharistie, le ministère et l´autorité. La deuxième phase, de 1983 à 2005, a porté sur de nombreux sujets, tels que le Salut et l’Eglise, l’Eglise en tant que communion ou encore la vie dans le Christ. Le 16 mai 2005, l’Arcic a rendu public un premier document commun sur la Vierge, intitulé Marie : grâce et espérance dans le Christ.

Le 15 janvier 2010, le pape s’est adressé au cardinal William Joseph Levada, Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, et aux 80 membres de la Congrégation réunis au Vatican en assemblée plénière. Dans son discours, Benoît XVI a souligné combien, par le biais de sa promotion de la fidélité doctrinale, ce dicastère collabore au ministère d'unité de l'Eglise, confié en premier lieu au pape. Le Saint-Père est alors revenu sur la Constitution apostolique Anglicanorum coetibus publiée en novembre dernier pour permettre aux fidèles anglicans qui le désiraient de rejoindre l’Eglise catholique. « L´adhésion fidèle de ces groupes à la vérité reçue par le Christ et proposée par le Magistère de l’Eglise n´est en rien contraire au mouvement œcuménique. Elle démontre, au contraire, son ultime objectif qui consiste à atteindre la communion pleine et visible des disciples du Seigneur ». – Le cardinal Walter Kasper, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, est loin de voir l’œcuménisme comme le retour des chrétiens séparés à l’Eglise catholique. Pour lui, à la suite de Jean-Paul II, il ne doit y avoir « ni absorption, ni fusion », mais « échange de dons entre les Eglises ». Voir sur le même thème : De l’œcuménisme à l’apostasie silencieuse (DICI n°208 du 23/01/10 – Sources : VIS/apic/imedia)

A lire également : Rencontre privé entre Benoît XVI et le primat anglican