Québec : Le Carmel de Belle-Croix de Danville a fermé ses portes

Source: FSSPX Actualités

« C´est bien à regret et à contrecœur qu´il nous faut envisager la fermeture puisque la réalité quotidienne nous y contraint, écrit sœur Denise Guénette, prieure du carmel, dans la dernière livraison du feuillet paroissial de l´église Sainte-Anne de Danville. Notre attachement à la communauté de Danville et des environs est grand et nous sommes reconnaissantes à tous pour l´affection, le support et l´aide que vous nous avez démontrés depuis l´ouverture du carmel en 1957 ».

Mgr André Gaumont, archevêque de Sherbrooke, était présent samedi 14 novembre pour décréter officiellement la fermeture du Carmel de Belle-Croix. Toute la population était invitée, le dimanche 15 novembre, pour assister à la dernière messe avant le départ des religieuses qui vivaient dans ce petit monastère de l´Estrie, fondé en 1957. Dans cette région verdoyante, à plus ou moins égale distance des villes de Sherbrooke, Victoriaville et Drummondville, le Carmel de Belle-Croix poursuivait depuis plus de 50 ans sa mission de prière, de louange et d´intercession au cœur du diocèse de Sherbrooke. Il abritait des sœurs d´origines québécoise et vietnamienne, qui bénéficiaient de l´appui de la population de Danville, d´Asbestos et de toute la région. Le Québec compte quatre autres carmels, à Dolbeau, Trois-Rivières, Tewksbury et Montréal où les carmélites de Danville vont s´installer.

La prieure des Carmélites de Danville explique que leur communauté n'échappe pas au contexte québécois et occidental du manque de relève des vocations religieuses. De la vingtaine qu'elles étaient à leur arrivée à Danville en 1957, il ne reste plus que huit sœurs carmélites, dont cinq qui appartiennent au monastère de Montréal. - La fermeture du carmel de Danville précède celle de la maison centrale des sœurs de la Présentation-de-Marie. En mars dernier, la communauté religieuse présente à Sherbrooke depuis 1948 confirmait que la maison centrale de la rue du Conseil de l'arrondissement de Fleurimont à Sherbrooke serait fermée en 2012. Dans moins de trois ans, 75 religieuses retraitées partiront à la maison mère de Saint-Hyacinthe.

A l’origine du carmel de Belle-Croix, il y avait Rose-Alba Brien, de Danville qui entra au Carmel de Montréal, puis quitta son pays pour entrer au Carmel d'Hanoï. Devenue sœur Marie du Sauveur, elle fonde avec ses compagnes le Carmel de Bui-Chu au Nord-Vietnam, en 1921. Mais en 1954, les accords de Genève cèdent le Nord-Vietnam aux communistes et provoque un exode massif vers le sud et vers l'étranger. Les sœurs canadiennes doivent quitter le pays. Les sœurs vietnamiennes choisissent de suivre leur fondatrice. Après un séjour de trois ans au Carmel de Montréal, la communauté est invitée par Mgr Georges Cabana, alors archevêque de Sherbrooke, et par le chanoine Lorenzo Ferland, curé de la paroisse Sainte-Anne, à venir s'établir à Danville.  (DICI n°206 – 28/11/09 – Sources : apic/lecarmel/sherbrooke)