Suisse : « Gothique ! Le temps des grandes cathédrales »

Source: FSSPX Actualités

La cathédrale de Milan en allumettes

Depuis le 13 mai 2021, la cathédrale de Lausanne abrite l’exposition « Gothique ! Le temps des grandes cathédrales. » Une vingtaine de cathédrales à l’échelle 1/200e de l’artiste Luciano Xavier dos Santos, sont présentées le long du déambulatoire de la cathédrale gothique Notre-Dame de Lausanne.

Né en 1985 au Brésil, Luciano Xavier dos Santos a une formation de dessinateur en bâtiment et il est diplômé de l’Ecole des Beaux-Arts de Paris. C’est en arrivant en France, précise Le Nouvelliste, qu’il s’est passionné pour les cathédrales.

« J’ai eu un coup de foudre pour l’art gothique, pour l’architecture des cathédrales évidemment, mais aussi pour l’univers qui les entoure, et leur importance pour les chrétiens. »

Etabli à Fribourg depuis 2014, Luciano Xavier a construit sa première maquette – Notre-Dame de Paris – en 2016. Deux mois de travail lui ont été nécessaires, pour tester les différents matériaux et contrôler leur résistance.

Il a opté pour le carton et le bois. La structure et les surfaces sont en carton. Et les éléments de détails en allumettes, brochettes et cure-dents. « Le plus dur, ce sont les façades. Elles doivent être fidèles et reconnaissables au premier coup d’œil », précise l’artiste.

« Les cathédrales de la Nativité de la Vierge Marie de Milan et Saint-Pierre de Cologne sont celles qui m’ont demandé le plus d’effort, avec la quantité d’arcs-boutants et de statues. La cathédrale Notre-Dame d’Amiens est ma préférée. Mais toutes ont une histoire particulière, du jour où je suis allé les visiter jusqu’à leur finition », confie Luciano Xavier dos Santos.

« Mener à bien une œuvre prend du temps, à l’opposé de notre époque où tout se vit dans l’immédiateté. » A côté de cette exposition, sont présentées deux maquettes en Lego « Notre-Dame de Lego », construites par Patrick Graber.

Egalement, on peut admirer un Duomo de Milan installé dans le transept sud de la cathédrale. Cette œuvre monumentale réalisée par Albert Schenk avait été présentée en 1958 au 39e Comptoir suisse de Lausanne.

La Feuille d’Avis du Valais en donnait alors la description : « Ce Dôme de Milan, reproduit avec une fidélité rigoureuse en un monument à l’échelle, de 3,20 m de longueur, de 1,85 m de largeur et de 2,20 m de hauteur, a réclamé vingt ans de travail.

« Il est composé de 1.725.600 tiges d’allumettes (…), toutes travaillées et préparées avec une patience qui désarme : 3.500 statuettes ornent l’extérieur de l’édifice (…), 470 vitraux, 732 cintres et voûtes, 54 colonnes intérieures de soutènement, 150 rampes d’escaliers hélicoïdaux ou verticaux, 132 flèches (…).

« Tous les détails du monument sont reproduits : arcs-boutants, créneaux et crénelures, la façade principale et ses trésors somptueux, bas-côtés et absides, rosaces, la grande tour et ses cloches, et au sommet de la flèche du Dôme, la statue de la Vierge, sculptée dans un bloc de 60 allumettes, surmontée d’une couronne lumineuse, tenant dans la main droite la croix papale. Ce chef d’œuvre incomparable est illuminé par 6.120 lampes (…). En bref, une vision de l’impossible devenu réalité. »

Luciano Xavier dos Santos va poursuivre son exposition itinérante. Il se rendra en automne 2021 – du 27 septembre au 10 octobre – à l’Abbaye de Saint-Maurice d’Agaune (Valais, Suisse). Une maquette de l’Abbaye lui a été commandée par la Bourgeoisie de Saint-Maurice. En 2022, il sera à Beauvais, en France, et probablement à Cologne, en Allemagne.