Philippines : l’archipel ressuscité par la messe

29 Avril, 2019
Provenance: fsspx.news

Le 31 mars 1521, Ferdinand Magellan mouillait ses navires au pied de l’île de Limawasa, dans le centre de l’archipel des Philippines. Le même jour, l’aumônier qui accompagnait l’explorateur célébrait la première messe dans un pays inconnu qui devait devenir l’un des plus catholiques au monde. 

Il y a presque un demi-millénaire que Magellan et ses hommes ont débarqué, tôt dans la matinée du 31 mars, à Limawasa. C’était le dimanche de Pâques. Aussi le père Pedro de Valderrama célébra-t-il la messe de la Résurrection : tout un symbole pour l’archipel qui par cette messe, passait des ténèbres du paganisme à la lumière de la vraie vie dans le Christ. 

Pour commémorer l’événement, 3 000 jeunes ont pris le bateau le 31 mars 2019, afin d’assister à la messe célébrée sur l’île par le nonce apostolique aux Philippines, Mgr Gabriele Giordano Caccia. 

« A l’époque, qui savait que quelqu’un, sur une île lointaine du Pacifique, était en train de célébrer la messe ? On ne savait même pas encore, alors, qu’il y avait des terres et des îles par ici », explique le nonce, avant d’ajouter à l’adresse de Magellan et de ses compagnons : « Nous leur sommes reconnaissants. Ils sont repartis comme ils sont venus, mais la foi, elle, est bien restée ». 

Selon les statistiques de 2014 des Missions étrangères de Paris (MEP), les Philippines comptent 85% de catholiques sur une population de 107 millions d’habitants. 

L’agence Ucanews précise qu’en 2019, à Limawasa - comme ailleurs dans l’archipel - la situation du catholicisme s’est cependant détériorée. Plus d’une douzaine de sectes ont fait leur apparition dans la période de l’après-Concile, manifestant l’effet pernicieux d’un faux œcuménisme. 

La même messe qu’il y a 500 ans 

Pour sa part, c’est en 1992 que la Fraternité Saint-Pie X s’implante aux Philippines, qui fait désormais partie du district d’Asie ouvert en 1996. En 2019, une dizaine de prêtres exercent leur apostolat dans ce vaste archipel. Elle y maintient la messe dans son rite inchangé et porteur de grâce, celui-là même qui fut célébré il y a cinq cents ans. 

Chaque année, depuis 2007, l’association Rosa mystica, qui regroupe infirmières, médecins et personnels de santé bénévoles, intervient dans les régions les plus reculées du pays, afin de venir en aide aux personnes les plus démunies.