Pie XII : les documents secrets bientôt publiés ?

31 Octobre, 2017
Provenance: fsspx.news

Selon Mgr Jean-Louis Bruguès, archiviste et bibliothécaire du Vatican, le classement des archives du pontificat de Pie XII est en passe d’être terminé. La voie est désormais ouverte à la publication des documents secrets d’un des pontificats les plus riches de l’histoire contemporaine.

La question de l’ouverture des archives du pontificat de Pie XII (1939-1958) revient régulièrement. En 2014 déjà, l’hebdomadaire La Vie annonçait que le pape François réfléchissait « à une ouverture anticipée des archives de Pie XII », ouverture prévue par le même journal « à l’horizon 2015-2016 ».

Le 12 octobre 2017, Nicolas Sénèze rapporte dans les colonnes de La Croix les propos de Mgr Jean-Louis Bruguès, archiviste et bibliothécaire de la Sainte Eglise romaine. L'archevêque annonce que les fameuses archives pourraient être ouvertes « d’ici un an ».

Le prélat s'exprimait à l’Université pontificale de la Sainte-Croix, dirigée par l'Opus Dei, dans le cadre d'une session de formation destinée aux journalistes francophones. Il a confié que les « archives secrètes » du pontificat étaient « prêtes à être ouvertes aux chercheurs ». Cependant, elles ne représentent « qu’environ 60% des archives d’un pontificat, et tous les autres dicastères ne sont pas encore prêts ». Or, a-t-il ajouté, « quand on ouvre les archives d’un pontificat, tous les fonds d’archives doivent pouvoir être accessibles ». Il faudra donc attendre qu'au moins les principaux dicastères aient fini de classer leurs documents. Pour se donner une idée de la matière à traiter, il faut savoir que les archives du pontificat de Pie XII représentent 16 millions de feuillets, 15.000 enveloppes et 2.500 dossiers.

Si cette ouverture devait avoir lieu l’an prochain, comme le pense Mgr Bruguès, ce serait une première. La règle actuelle prévoit un délai de 70 ans après le décès d'un pape pour que les archives de son pontificat soient ouvertes au public. Pie XII étant mort en 1958, les archives de son pontificat devraient théoriquement attendre 2028, sauf dérogation accordée par le pape.

Les papes Benoît XVI et François ont plusieurs fois fait part de leur volonté d’ouvrir ces archives avant terme, afin de laver la mémoire d’un pape trop souvent accusé de compromis avec le régime national-socialiste, et victime d'une légende noire forgée de toutes pièces et entretenue contre l'évidence historique et l'honnêteté intellectuelle.

Les premières accusations furent lancées par Rolf Hochhuth dans une pièce de théâtre, Le Vicaire, en 1963, prétendument inspirée de faits historiques. Cinq ans après sa mort, le Pasteur angélique se voyait reprocher de supposés silences coupables par une œuvre à charge, où il était présenté comme dépourvu de cœur, avare et hypocrite, et finalement complice des Allemands.

Pour le père Peter Gumpel, relateur de la cause de béatification de Pie XII, il ne fait aucun doute que les soviétiques ont joué un grand rôle dans le montage de la pièce de Hochhuth, lequel fut conseillé par Erwin Piscator, un communiste notoire. Interrogé par l'agence Zenit en 2007, le père Gumpel affirmait : « au Vatican on savait depuis longtemps que la Russie bolchevique était à l’origine de cette campagne de discrédit contre Pie XII ». Sans aller jusqu'à affirmer que Hochhuth fut lui-même un agent infiltré, « il est évident que son œuvre a été fortement influencée par l’appareil communiste ». Les journaux et autres moyens de propagande se chargèrent de donner un écho international à la calomnie.

Depuis des décennies, des chercheurs sérieux et indépendants se sont mis au travail pour rétablir la vérité des faits. Le père Pierre Blet, sj. a rendu compte, en collaboration avec Robert Graham, Angelo Martini et Burkhart Schneider, de la politique du Saint-Siège durant la guerre à partir des nombreuses archives qui, déjà sous Paul VI, avaient été mises à la disposition des historiens. Les Actes et Documents du Saint-Siège relatifs à la Seconde Guerre mondiale, édités en 12 volumes entre 1965 et 1982, demeurent une somme incontournable.

Depuis, de nombreux ouvrages ont rendu justice au pape Pie XII et au rôle de l'Eglise durant toute la guerre. De nombreuses initiatives, diplomatiques et humanitaires, ont permis de soulager les populations et de venir au secours des plus menacés. Des centaines de milliers de prisonniers, de civils – et principalement des Juifs – lui doivent la vie.

L’ouverture tant attendue des archives secrètes de Pie XII devrait permettre de jeter un regard plus serein et objectif sur un pontificat trop souvent caricaturé par des auteurs en mal de sensationnalisme. Mais Mgr Bruguès les a déjà prévenus : il ne faut pas s'attendre « à des découvertes qui révolutionneront ce que nous savons déjà ».