Pour le cardinal Schönborn, l’apostasie fait partie de la liberté religieuse

24 Juillet, 2020
Provenance: fsspx.news

Le cardinal Christopher Schönborn a présidé pendant 22 ans la conférence épiscopale d’Autriche. Il a été remplacé à ce poste le 16 juin 2020 par Mgr Franz Lackner, archevêque de Salzbourg. Le 15 juillet, il a accordé un entretien aux journaux catholiques autrichiens. 

Le cardinal Schönborn s’est exprimé sur la dure réalité des « sorties d’Eglise » : « Il y a un phénomène qui touche l’Eglise dans le monde entier et surtout ici en Autriche : ce sont ceux qui tournent silencieusement le dos à l'Eglise », a déclaré l'archevêque de Vienne. 

La crise de l’Eglise s’intensifie en Europe, surtout dans le monde germanophone. Un récent sondage révèle que 30 % des catholiques en Allemagne envisagent de quitter l’Eglise. Toutefois, le nombre de catholiques augmente légèrement dans le monde, en particulier en Asie et en Afrique. 

En Autriche, 67 583 personnes ont quitté l’Eglise catholique durant l’année 2019. En 2018, leur nombre s’élevait à 58 807, soit une augmentation de 14% en un an. Actuellement 4,98 millions de catholiques vivent en Autriche pour une population de 8, 86 millions d’habitants. Les catholiques représentent donc 56,2% de la population. 

La liberté d’apostasier 

Le cardinal Schönborn a tenu à ajouter : « Mais cela fait partie de la liberté religieuse. Nous ne sommes pas une communauté où l’appartenance est imposée. C’est la liberté que Dieu nous a donnée ». 

Cette affirmation est contraire à la vérité évangélique et à la doctrine de l’Eglise. Bien sûr, la foi ne peut être imposée ni les consciences forcées. Mais ce n’est pas une question de liberté. Notre Seigneur n’a pas craint de déclarer : « Celui qui croira et sera baptisé, sera sauvé ; celui qui ne croira pas, sera condamné » (Mc 16, 16). 

Il n’y a donc pas de liberté religieuse en ce sens. L’Eglise n’est pas un libre-service dans lequel on entre ou sort à son gré. Elle est le lieu du salut voulu explicitement par Notre Seigneur Jésus-Christ. 

Certes, il est possible de se sauver en dehors des limites visibles de l’Eglise, pour ceux qui ne la connaissent pas, ou bien à qui elle n’a pas été présentée et prêchée droitement. Mais ce salut est beaucoup plus difficile à obtenir, selon l’enseignement constant de la Tradition. 

Quant à celui qui quitte l’Eglise volontairement, en pleine connaissance de cause, il ne peut le faire sans faute de sa part, d’autant qu’il se sépare du Christ, le seul Sauveur. Ainsi, il n’y a pas de liberté d’apostasier le Christ comme le laisse entendre le cardinal Schönborn. Avec de pareils principes, il n’est pas étonnant que les pasteurs autrichiens vident leurs églises. Ils en rendront compte devant Dieu.