Sainte-Sophie, otage de l’islamisme

04 Avril, 2019
Provenance: fsspx.news

Le chef de l’Etat turc envisage de modifier le statut de Sainte-Sophie, qui pourrait redevenir une mosquée dans un proche avenir. L’annonce a été faite une semaine avant un scrutin important pour la majorité présidentielle au pouvoir. 

« Ce ne serait pas anormal, ce n’est pas impossible et on pourrait faire cela très facilement », a expliqué à la télévision, le 24 mars 2019, Recep Tayyip Erdogan. 

Musée inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, Sainte-Sophie est visitée chaque année par des millions de « mécréants », ce qui a le don d’énerver le pouvoir islamiste turc. Aussi, depuis 2003, de nombreuses activités liées à l’islam ont été organisées dans l’édifice (lectures de versets du coran, etc.). Au point de provoquer l’inquiétude de la Grèce voisine, qui veille de près sur le patrimoine byzantin présent sur le sol turc. 

Cette déclaration présidentielle intervenait dans un contexte électoral, toujours propre à la surenchère et aux provocations ; le 31 mars 2019, des élections locales se sont tenues à l’issue desquelles le parti au pouvoir à perdu la municipalité d’Ankara, la capitale, et même celle d'Istanbul, l’antique Byzance, tout un symbole. 

Erdogan a lui-même multiplié les déclarations anti-chrétiennes afin de mobiliser son électorat. Réagissant à l’attentat de Christchurch (Nouvelle-Zélande) qui a fait cinquante morts le 15 mars au sein de la communauté musulmane, et faisant référence aux motivations de l’assaillant, qui appelait de ses vœux le jour où la cathédrale Sainte-Sophie serait libérée des minarets, il avait déclaré : « vous n’arriverez pas à faire d’Istanbul une Constantinople ». 

Construite au VIe siècle au pied du Bosphore, la basilique Sainte-Sophie a vu pendant près de mille ans les empereurs byzantins être couronnés sous sa coupole. Ce n’est qu’après la prise de Constantinople en 1453, que l’église a été transformée en mosquée, avant d’être désaffectée par Atatürk en 1934. Elle est depuis lors un musée.