SEPA : le Vatican est devenu opérationnel

17 Octobre, 2019
Provenance: fsspx.news
René Brülhart.

La banque du Vatican a annoncé, le 30 septembre 2019, son intégration effective à la plate-forme SEPA, l’organe de gestion de l’espace unique de paiement en euros. Hasard du calendrier : le même jour, la justice vaticane a saisi plusieurs documents au sein de la secrétairerie d’Etat, dans le cadre d’une enquête financière visant des faits plus anciens. 

« C’est un signe très positif » qui manifeste les efforts consentis en matière de « transparence financière », se réjouit René Brülhart, le président de l’Autorité d’information financière (AIF). Cet organe de régulation avait été mis en place par le pape Benoît XVI pour permettre au Saint-Siège de se conformer aux normes internationales en matière de mouvements financiers. 

Le SEPA - “espace unique de paiements en euros” - vise à simplifier les paiements électroniques effectués en Europe. Il permet à tout titulaire d’un compte bancaire de transférer des fonds dans des conditions identiques, quel que soit le pays. 

Le processus d’adaptation technique du Vatican au SEPA aura duré quelques mois, mais c’est chose faite : le plus petit Etat du monde a rejoint les 28 autres pays de l’Union européenne intégrés à ce nouveau système de paiement. 

Le même jour avait lieu la saisie de documents et d’appareils électroniques par la justice du Vatican, effectuée auprès de la première section de la Secrétairerie d’Etat. Le Bureau du réviseur général - l’autorité anticorruption du Vatican - enquête sur plusieurs opérations financières réalisées dans le passé. La diffusion d’un communiqué signé du commandant de la gendarmerie de l’Etat de la Cité du Vatican, Domenico Giani, a aussitôt nui à la sérénité de l’enquête. Le 14 octobre, le pape acceptait sa démission.